Patriarcat confucianiste libéral, Chine : des femmes en compétition pour épouser un millionnaire !

Le roi est le pilier de l’état, le mari est le pilier de la famille, l’homme est le pilier de la femme – Confucius

Le mariage n’a pour autre fonction que de donner à l’époux des enfants légitimes par l’intermédiaire du ventre de son épouse. C’est un contrat d’exclusivité sexuelle qui permet de garantir la reconnaissance de paternité, fondement du patriarcat. Si dans le patriarcat traditionnel, la femme est une épouse-prostituée contre son gré (mariage forcé), dans le patriarcat libéral, elle est épouse-prostituée à son propre compte (mariage d’"amour"), en auto-entrepreneuse libérale. Le statut social de l’épouse dépendant de celui de son époux, elle choisira celui-ci en conséquence, indépendant des sentiments et attirances réelles. Plus la femme est belle, et plus elle aura les moyens de négocier la vente de son corps à travers le mariage.

Chine : des femmes en compétition pour épouser un millionnaire !

le 24 août 2012
par Agence de presse

Une agence matrimoniale destinée aux plus riches

chinaentrepreneurclubDans un vaste bâtiment du sud-ouest de Pékin, des jeunes femmes chinoises vêtues d’une robe élégante et d’escarpins à lanières sont assises en rang, occupées à remplir un formulaire qui mentionne leur poids et leurs mensurations. Elles s’apprêtent à avoir un entretien avec le “consultant en présentation” du “China Entrepreneur Club“, une agence matrimoniale destinée aux grosses fortunes chinoises.

Un concours de beauté de plus de 1000 candidates

Habillées comme pour un concours de beauté, elles sont en concurrence avec plus d’un millier de candidates pour faire partie des 50 sélectionnées qui auront la chance potentielle d’épouser un multimillionnaire. Les tests à passer couvrent un vaste champ, de l’apparence physique à l’éducation familiale, en passant par la compatibilité astrologique.

Le gros lot

Les gagnantes auront l’occasion de rencontrer l’un des 32 hommes inscrits au “China Entrepreneur Club“, qui possèdent chacun au moins 100 millions de yuans (12,5 millions d’euros). Accaparés par leur travail et éprouvant des difficultés à trouver l’âme sœur, les Chinois ont de plus en plus recours aux rencontres arrangées. Le marché matrimonial est en pleine expansion.

25000€ pour trouver l’âme sœur

Le “China Entrepreneur Club pour célibataires” n’accepte les hommes qu’une fois vérifié leur niveau de ressources et après qu’ils ont réglé des frais d’inscription de 200.000 yuans (25.000 euros). La moitié des inscrits sont divorcés et 50% de ces divorcés ont déjà un ou des enfants.

Un pédigrée d’excellence

Les femmes doivent elles être âgées de 20 à 28 ans, mesurer 1,65 m au minimum, être belles, douces, avec un diplôme sanctionnant au moins deux ans d’études supérieures, selon les exigences officiellement requises. Le fondateur de ce concours, Cheng Yongsheng, souligne que les femmes sont également testées sur leur caractère, lors d’un processus d’ “examens approfondis” durant deux mois et s’accompagnant d’entretiens avec la famille.

Trop occupés pour se rencontrer

chinaentrepreneurclub1La richesse du futur mari ne doit pas être la première motivation des candidates, assure-t-il. “Je n’ai pas besoin d’être très riche. Je souhaite juste avoir la possibilité de disposer d’un bon train de vie“, confie l’une d’entre elles, nommée Zeng Xie. La jeune femme de 25 ans, les cils recouverts d’une épaisse couche de mascara, est accompagnée de sa mère en ce jour crucial. Comme beaucoup de mères chinoises, cette dernière craint que sa fille ne trouve pas chaussure à son pied. “Les normes qu’elle s’est fixées sont un peu élevées“, regrette Mme Niu. “Nous souhaitons qu’elle revienne dans sa ville natale mais elle ne le désire pas, elle reste à Pékin où ses chances sont minces”. “Les enfants de nos jours travaillent et ils sont tellement occupés, ils n’ont pas le temps de faire des rencontres“, ajoute-t-elle.

Une pression familiale forte

Même s’il n’existe pas de statistiques officielles sur l’évolution de l’âge moyen auquel les Chinois se marient, il est admis que celui-ci recule en raison du stress des études et de la vie professionnelle. En même temps la pression familiale pour se marier reste forte en Chine, en particulier sur les jeunes femmes.

Un pays de célibataires matérialistes

En 2010 une étude réalisée pour la Fédération des femmes chinoises avait conclu que le pays comptait 180 millions de célibataires des deux sexes confondus sur une population dépassant 1,3 milliard. Cette situation explique le succès des émissions télévisées populaires centrées sur les rencontres et les mariages. Mais des programmes ont été accusés de montrer des jeunes gens bien trop matérialistes et la réaction du public a même forcé certaines chaînes à faire machine arrière.

Ainsi, dans l’émission “Si tu es le bon“, une candidate avait suscité une vaste polémique en lançant à un homme qu’elle préférerait pleurer dans une BMW que rire assise à l’arrière de (son) vélo.

AFP

About these ads
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 949 autres abonnés