Matriarcat et Paganisme : la Déesse-Mère, religion universelle de l’humanité primordiale

Le culte de la déesse-mère est la religion universelle qui occupa la plus grande durée dans l’histoire du genre humain. Cependant les religions matriarcales, préhistoriques et antiques, sont trop peu renseignées par l’archéologie et l’histoire, comparativement à l’importance qu’elles ont en terme de durée. Bien que les religions patriarcales aient été particulièrement sévères lors de leur instauration, cependant pour être plus facilement adoptées, elles ont été contraintes d’assimiler les religions qui les ont précédées, sans faire complètement table-rase du passé.

Sur les traces de la déesse – par Donna Read, Office national du film du Canada

« Bien avant la naissance des dieux, l’humanité était placée sous la protection de la Grande Mère, créatrice des mondes, des éléments et des créatures qui la peuplaient. »Françoise Gange, Avant les Dieux, la Mère universelle (Les Dieux menteurs).

Différence entre PAGANISME et POLYTHÉISME : l’arnaque des « païens indo-européens »

« La marche de la grande histoire de l’humanité n’est pas allée des polythéismes vers le monothéisme, mais du monothéisme féminin au monothéisme viril en passant par des polythéismes de transition, scindant la déesse en avatars multiples afin de l’ensevelir par le moyen de « dieux-époux » qu’on lui accolait selon les nouvelles normes de la société patriarcale, dont la base était l’institution du mariage : union de l’homme dominant et de la femme dominée. » - Françoise Gange

Le paganisme, c’est la religion des païens, des paysans, des gens qui travaillent et vivent de la Terre-Mère. Cette religion est liée au matriarcat, cette ère primordiale sans père. Elle est souvent liée au chamanisme et à l’animisme : le monde des esprits qui habitent les éléments de la nature.

Le polythéisme, c’est une religion avec plusieurs dieux. Le paganisme est un polythéisme. Mais le polythéisme peut être patriarcal (droit du père, ordonné par le Dieu-Père), et aristocratique.

Exemple : chez les nordiques, il y a en vérité 2 religions.

  1. Le culte des Aesir (Odin, Thor…), les nouveaux dieux du patriarcat aryen, réservés à l’élite guerrière et aristocratique.
  2. Le culte des Vanir (Freyr et Freyja), les anciens dieux de l’ère matriarcale, vénérés par les paysans et les humbles gens.

La religion gréco-romaine, celle des Olympiens (Zeus, Arès…), comme toutes religions aryennes (dites « indo-européennes »), n’est pas païenne mais polythéiste, patriarcale et aristocratique. Même si le polythéisme aryen a conservé des divinités de l’ère matriarcale antérieure, cette religion est bien patriarcale : l’origine de la vie, c’est le Dieu-Père et non plus la Déesse-Mère. La femme doit donc être une esclave-épouse-mère-porteuse pour donner des fils légitimes à son mari et maître, le père de ses enfants. Au mieux, elle sera prostituée, et donc émancipée de la tutelle de tout homme. Le vrai clivage n’est pas l’opposition du polythéisme au monothéisme, mais celle du matriarcat au patriarcat, du droit maternel au droit paternel.

——————————————————————————————————–
chien totémique d'argile chinoisLa déesse-mère Liêu Hanh et le chien d’argile totémique : En Chine et au Vietnam survivent certains cultes païens très anciens, hérités de l’ère matriarcale sans père ni mari. Ces traditions populaires sont confrontées à la réticence du patriarcat confucianiste, puis communiste.
——————————————————————————————————–
Tauromachie & Veau d’Or vous fera découvrir la religion ancienne pratiquée durant des milliers d’années, de l’Inde jusqu’en Europe et certainement au delà. Dans cette tradition, le taureau est le compagnon des femmes, le père symbolique des enfants que la femme engendre.
——————————————————————————————————–
Les 3 déesses-mère de l’Arabie pré-islamique présente la tradition spirituelle matriarcale particulière à la péninsule arabique, au travers de l’étude des vestiges des déesses Allat, Al-Uzza, et Manat. Découvrez cette religion très récente qui précède tout juste l’avènement de l’Islam et de Mahomet.
——————————————————————————————————–
Mythologie celte : déesses, fées et druidesses. Les témoignages romains mettent en évidence l’antagonisme entre l’ancienne tradition matriarcale (paganisme) et la nouvelle tradition patriarcale (christianisme), et montre la relation entre les fées (divinités celtes) et les druidesses (prêtresses païennes celtes).
——————————————————————————————————–
Freyja et le paganisme germain
Bien que patriarcaux, les germains ont conservés certains cultes matriarcaux, comme la déesse Freyja et son frère, ainsi que de nombreux cultes totémiques mettant en liaison femmes, animaux, cordon ombilical et placenta.
——————————————————————————————————–
osiris-isis-horus place de la femme egypte antique vignetteNotre Dame Isis, la déesse-mère alchimique secrète, de la Gaule romane à la franc-maçonnerie : Elle se vantait d’avoir procréé sans que personne ne dévoile son sexe, puis devint la patronne de l’empire romain. Ses innombrables temples devinrent les « églises romanes » dédiées à la « Vierge Noire ». Paris, « Maison d’Isis », lui fut consacrée en sa cathédrale, et fascina les Penseurs des Lumières, jusque dans la révolution de 1789.
——————————————————————————————————–
Artémis d’Éphèse montre la filiation frappante qui existe entre la figure Artémis et la Vierge Marie, mais aussi l’importance du culte d’Artémis dans le monde antique, qui témoigne de la permanence du culte de la déesse-mère beaucoup plus ancien.
——————————————————————————————————–
Le culte à Mystères de Déméter Ce culte à mystères hellénique, consacré à la déesse qui a dévoilé la maitrise de l’agriculture aux hommes, est capitale dans la culture grecque, si bien qu’il survit après l’instauration du patriarcat.
——————————————————————————————————–
Africa, déesse berbère et romaine de l’Afrique 
Le continent africain tient son nom d’une déesse berbère qui a ensuite été adoptée par l’Empire Romain.
——————————————————————————————————–
La survivance du paganisme matriarcal basque. Avec une christianisation tardive, la communauté basque a pu conserver de nombreuses pratiques de son paganisme matriarcal, encore existant de nos jours.
——————————————————————————————————–

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 989 autres abonnés