Du mondialisme patriarcal au Nouvel Ordre Mondial : de l’atomisation des sociétés claniques à l’individu seul face à l’état-bancaire global

Le mondialisme patriarcal

Maîtres du monde : impérialismes mondialistes d'hier et d'aujourd'hui

Dans le monde antique, l’instauration du patriarcat, basé sur les valeurs de la conquête, de la dominance, et de la maîtrise de la nature, de l’idéalisation de la concurrence, de la lutte, de la guerre, du développement de l’individu au détriment des autres… renverse l’ordre précédent, celui de la Déesse-mère de l’amour et de la fécondité.

Cet immense bouleversement qui, de la Mésopotamie, va gagner le monde fait naître une société nouvelle, fondamentalement masculine et guerrière, qui va, pour plus de 1000 ans, plonger le monde antique dans un chaos d’où sortiront les cités fortifiées et les États militaires centralisés. La condition de la femme se transformera en tragédie : mariage forcé, viol, violences conjugales, inceste, répression sexuelle, prostitution…

Ernest Bornman, universitaire à Berlin décrit ce nouvel âge ténébreux : «Tout ce qu’il pouvait y avoir de maternel, de généreux, d’indulgent et de fécond (…) s’était changé en un horrible culte destructeur et tourné contre lui-même. Mutation d’Eros en Thanatos.(…) L’idéalisation de la concurrence, de la lutte, de la guerre, du développement de l’individu au détriment des autres… tout cela a été l’œuvre des hommes».

Bernard Marillier, B.A.-BA Indo-européens : « Véhiculant une vision du monde patriarcale, pastorale, guerrière et hiérarchisée, possédant une haute spiritualité de type masculin, viril et ourano-solaire, ils subjuguèrent les vieilles populations autochtones au mode de vie végétatif, agricole, égalitaire, pacifique et matrilinéaire, à la spiritualité féminine, sombre et telluro-chthonienne. De cette implosion et de cette heureuse conquête naîtront les peuples européens historiques de l’Antiquité: Celtes, Grecs, Romains, Hittites, Perses, Aryens, Germains, etc., créateurs des plus grandes cultures que connut jamais le monde ».

Psychanalyse de l'impérialisme

Lire : Le patriarcat, source de l’impérialisme, preuve par les mathématiques et l’économie

Le culte du Père et la paternité bouleversèrent l’équilibre social (hiérarchisation), opposant les individus entre eux, et créant ainsi un monde concurrentiel déséquilibré, qui pour trouver à nouveau l’équilibre, est amené à s’unifier indéfiniment jusqu’au mondialisme : empires achéménide, hellénistique, romain, omeyyade, incas, aztèque, chinois, mongole, birman, ottoman, britannique, USA, URSS, Union Européenne, OTAN, Nouvel Ordre Mondial… Enfin, la suppression de la parenté, de toute organisation familiale et le culte de l’individu, conduiront à l’unification totale de l’humanité…

Le Meilleur Des Mondes

Mais la marche de l’Histoire ne s’arrête pas là. A chacune de ses étapes correspond un modèle familial, une urbanisation, une forme de propriété et une forme de pouvoir. Tandis que les masses populaires soumises s’individualisent, l’hyper-classe de l’élite se collectivise, et le monde se globalise :

Après le clan matriarcal, puis le clan patriarcal, et la famille nucléaire conjugale, place à la famille mono-parentale et à la disparition totale de toute forme de famille. Bientôt la procréation industrielle par génie génétique, et l’euthanasie des inactifs trop coûteux à la collectivité (chômeurs, handicapés, retraités…) ?

La famille monocellulaire - Des individus de plus en plus isolésLa taille des familles réduite à peau de chagrin… (Des individus de plus en plus isolés dans un contexte économique défavorable et où a contrario la famille aurait pu représenter, le premier niveau de solidarité naturelle. Plutôt qu’à les laisser seuls directement sous la coupe d’un Etat qui ne cesse de se désengager (coupures budgétaires, retraites, sécurité, emploi, etc.. ).

1984 George OrwellAprès la vaste demeure clanique, puis la petite maison conjugale, place au studio individuel. Après le collectivisme clanique multi-échelles (communisme primitif), la propriété individuelle (capitalisme), la mono-propriété collective nationale (communisme), place au collectivisme oligarchique : Fusions & acquisitions des petites entreprises par les grosses entreprises. Communisme = capitalisme d’état. La communauté de l’élite possède collectivement tous les moyens de production ("1984" de Georges Orwell).

Après la souveraineté populaire, puis la monarchie absolue de droit divin, la république oligarchique, place à la ploutocratie bankster. Après les confédérations claniques, les états-nations centralisés, place au gouvernement global du Nouvel Ordre Mondial.

Lire Le Meilleur des Mondes unisexe d’Attali : retour à l’androgynie primordiale platonicienne

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 975 autres abonnés