Qui sont les matriciens ? La plèbe sans père de Rome

Du patriciat au patriarcat

Groupe social supérieur de quelques républiques urbaines du Moyen Âge et des temps modernes. À Rome, les patriciens étaient les descendants des anciennes gentes (tribus), qui, à l’origine, constituaient l’ensemble des citoyens. On voit en eux une ancienne noblesse de cavaliers, mais, plus souvent, les descendants des familles représentées au sénat. Le patriciat médiéval rassemblait, dans la direction des gouvernements urbains, les membres des plus riches et anciennes familles bourgeoises. Il se transforma aux xiie et xiiie s., surtout en Italie et en Flandre, en une caste oligarchique. En Italie, en Allemagne et dans diverses villes libres (Genève), le régime du patriciat se maintint au-delà du Moyen Âge jusqu’à l’époque napoléonienne.

La plèbe sans père

Dans la Scienza NuovaGiambattista Vico (philosophe italien du 17e siècle) insiste sur la promiscuité primitive, et base l’établissement du patriarcat à Rome et sa séparation de la plèbe sur la différence de la forme de mariage. Les patriciens antiques (élite oligarchique) pouvaient nommer leur père patrem ciere ; tandis que les plébéiens (peuple), qui conservaient encore la généalogie maternelle, ne connaissaient pas leur père. C’est pourquoi les cultes des déesses-mères étaient si populaires dans l’empire romain : Isis, Artémis, Cybèle, Magna Mater…

Célibat et concubinage pour la plèbe romaine

Seuls les citoyens romains pouvaient se marier. Les autres : étrangers, hommes libres ou affranchis ne pouvaient légaliser leur union avec une femme de leur classe, et même avec une citoyenne romaine. Les esclaves avaient juste le droit au contudernium ou « camaraderie de tente ». La plèbe reste sur la base du concubinage, si bien que celui-ci se perpétue dans la Basse Antiquité chrétienne. Les noces justes n’étaient, à l’origine, reconnues qu’aux patriciens. La loi des douze tables définit ces mariages. En -445, la Lex Canuleia accorde aux plébéiens le droit de pratiquer cette cérémonie lors de mariages inter-classes, c’est-à-dire entre patriciens et plébéiens. Par conséquent, les matriciens sont l’anti-thèse des patriciens.

Matriotisme

Plutarque nous apprend que les Crétois se servaient du mot matrie au lieu de celui de patrie. Ulpien, le jurisconsulte du IIIº siècle, donne encore au mot matrix le sens de métropole qui lui-même préserve le souvenir du temps où l’homme ne connaissait que la famille, le clan et le pays de la mère. Les matriciens sont donc matriotes !

Lire Matriarcat minoen (Crète) : une société parfaite à l’origine de la civilisation européenne

Une pensée transcourante

En outre, ce qui caractérise le Mouvement Matricien, c’est une pensée transcourant libre et indépendante des pouvoirs politiques et financiers, et par delà les clivages. Amoureux des peuples sauvages, ils ont fondé Matricien.org pour leur offrir une meilleure visibilité, parce qu’ils sont injustement méconnus, et parce que les matriciens s’y réfèrent et s’en sont inspirés pour concevoir le projet Prométhée. En effet, le confédaralisme amérindien iroquois et l’organisation des sociétés tribales sont à l’origine de l’idée qui a vu le jour au sein du mouvement. Les matriciens veulent « insuffler une nouvelle énergie à la civilisation occidentale », ou la sauver si elle venait à être menacée. Prométhée lui même est une figure de la culture occidentale mythologique, célèbre pour son humanisme et sa révolte vis-à-vis de l’ordre patriarcal dominant (Zeus).

Des droits de l’Homme au maréchal Pétain

Outre cela, ils se réfèrent tout aussi bien à ce qui est mentionné dans l’article 16 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (« La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État« ), qu’à l’instituteur de la Journée Nationale de la Fête des Mères, le maréchal Pétain (qui aussi émancipa les femmes en 1942) :

« Le droit des familles est antérieur et supérieur à celui de l’étatcomme à celui des individus. La famille est la cellule essentielle, elle est l’assise même de l’édifice social. C’est sur elle qu’il faut bâtir. Si elle fléchit, tout est perdu; tant qu’elle tient, tout peut être sauvé. C’est donc à elle que nous devons nos premiers soins. » 

Une solution pour l’humanité

Le Mouvement Matricien est une initiative bénévole, volontaire et sans ambition politique. Leur unique prétention est de faire un travail de pédagogie et poser des questions sur des sujets nouveaux (la famille notamment) – et d’offrir à l’humanité une solution sociale et sociétale, globale et pacifique, sans passer par les urnes ou la lutte politique. Les matriciens n’ont pas d’ennemi, sinon l’injustice, l’inégalité, la guerre, la division etc… et ils ont la solution.

Rejoignez-vous !

Le Projet Prométhée est certainement la première véritable tentative raisonnable de réconciliation humaine de l’Histoire ! Si vous avez des affinités avec notre mouvement (comment pourrait-il en être autrement ?), vous pouvez nous rejoindre, aucune participation ou financement ne sont exigés. Le Mouvement Matricien, c’est vous, alors faites le. Les matriciens vous souhaitent une agréable navigation sur Matricien.org.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 995 autres abonnés