USA : Une petite fille de 3 ans se déguise en prostituée. La prostitution mondaine, une valeur éducative traditionnelle à toute société patriarcale

Prostituée ou épouse, le destin de la femme patricienne

L’idéologie du couple, fondée sur la reconnaissance de paternité (famille patriarcale), mêle sexualité et intérêts économiques. Le statut social de la femme dépend de celui de son conjoint. La sécurité matérielle des enfants dépend du niveau économique du père. Par ces rapports de forces économiques, les femmes ont tendance à être vénales, et à se prostituer, de gré ou de force. La sécurité matérielle prime sur l’attirance amoureuse et sexuelle. Plus une femme est désirée, et moins elle est économiquement accessible. La concurrence, et le rapport de l’offre et de la demande, font monter les enchères entre mâles prétendants. Les hommes pauvres n’ont d’autre choix que de se rabattre sur des sexualités de substitution, dont la pédophilie fait partie…

Lire : Histoire de la prostitution mondaine, des hétaïres grecques aux cocottes d’avant guerre

La télé-réalité fait sans cesse l’objet de critiques. Dérapages de candidats, montages discutables, mises en scène non assumées… Parfois, c’est plus grave. En France, le jeune FX, candidat de « Secret Story », a mis fin à ses jours le mois dernier, apparemment incapable de gérer l’absence d’intérêt médiatique. Et quelques jours plus tard, le mari de l’une des « Real Housewives of Beverly Hills » en faisait de même, acculé par les dettes et présenté comme un homme violent par l’émission dont sa femme était l’une des stars.

Une avalanche de critiques

Mais jusqu’ici, ces émissions ne concernaient que des adultes. Pourtant, depuis dix jours, la polémique enfle aux Etats-Unis autour de l’émission « Toddlers & Tiaras » de la chaîne câblée TLC – dont les initiales signifient « The Learning Channel », la chaîne de l’apprentissage. Ce programme suit un monde lui aussi souvent critiqué, celui des concours de beauté pour enfants, sans narration extérieure afin d’éviter de juger les enfants mais surtout les parents qui les y font participer.

La semaine dernière, l’émission montrait une petite fille de 4 ans qui avait mis des faux seins et des fausses fesses afin de ressembler à la chanteuse country Dolly Parton. Les critiques avaient commencé à se faire entendre mais elles n’étaient rien comparées à la polémique qui sévit cette semaine, forçant la chaîne TLC à fermer son mur Facebook suite aux commentaires négatifs et amenant le PTC, puissante association de parents, à s’élever contre le programme.

« La chaîne est complice »

En effet, dans l’épisode de cette semaine, une petite fille de trois ans concourt lors d’une épreuve où sa mère a décidé de la déguiser en Julia Roberts… dans « Pretty Woman« . Déguisée en prostituée, la petite fille porte des bottes en sky noir, une mini-jupe et un débardeur ainsi qu’une perruque blonde et défile afin de laisser le public admirer sa démarche.

« Nous avons un vrai problème avec The Learning Channel quand elle présente une enfant en bas âge, qui n’a certainement pas encore appris à lire, en train de se déhancher dans un déguisement de prostituée », a ainsi déclaré la porte-parole du PTC dans un communiqué. « Il n’y a aucun doute que les patrons de chaînes sont complices de cette situation et qu’ils participent à priver ces petits enfants de leur innocence. Depuis des années, nous voyons la sexualité d’adultes être montrée de manière inappropriée et agressive aux jeunes enfants, mais aujourd’hui ce sont les enfants eux-mêmes qui sont exploités de plus en plus jeune. Toutes les recherches indiquent qu’ils en souffriront plus tard ».

Publicités