Un mariage juteux pour la jeune veuve de Jean-Luc Delarue, converti à l’islam

La vénalité des femmes : quand la femme dépend de son amant

Dans la famille conjugale, la sécurité de la mère et de ses enfants dépend de leur géniteur (père). Elle ne peut plus compter sur la protection de sa famille maternelle (matriarcat). Dans le patriarcat libéralisé (mariage consentant), la future mère a tout intérêt à choisir le géniteur le plus protecteur, et donc le plus riche, donc plus vieux. En temps de prospérité, l’écart d’âge diminue. En temps de crise, l’écart d’âge augmente. Pour trouver le bon père protecteur, elles échangent leur sexe, leur jeunesse et leur beauté contre de la sécurité.

Lire ==> La prostitution mondaine, une valeur éducative du patriarcat traditionnel avant le mariage

Biens immobiliers, collections d’art… : nouvelles tensions autour de l’héritage de Jean-Luc Delarue

Publié le 01/10/2012, source : La Dépêche.fr

Jean-Luc Delarue et Anissa en 2011./AFP ()

Un conflit d’héritage en son père et son épouse

Le testament de Jean-Luc Delarue, révélé hier par le JDD ne sera pas de nature à apaiser la polémique entre le père de l’animateur, décédé fin août à l’âge de 48 ans, et son épouse Anissa.

Selon le texte manuscrit du testament en date du 16 février dernier, Jean-Luc Delarue lègue deux biens immobiliers et les pièces majeures de sa collection d’art à Anissa, épousée trois mois plus tard, tandis que la société Réservoir Prod, dont la valeur est incertaine, reviendra à son fils Jean, 5 ans, né d’une précédente union.

Une fortune de 30 millions d’euros

La fortune de l’animateur est évaluée par le Journal du Dimanche «à grands traits» à 30 millions d’euros. Les biens immobiliers sont un appartement de 370 m2 à Paris, et une résidence à Belle-Ile-en-mer.

Les biens légués au fils ne sont pas identifiés précisément dans le testament, qui parle du «reste de ses biens et de ses œuvres d’art», mais ils incluent Réservoir Prod, la société de production qui a fait la fortune de l’animateur. «La question est de savoir combien vaut Réservoir Prod sans Jean-Luc Delarue», relève un expert judiciaire.

Un royaume patrilinéaire

Arnaud Gachy, proche collaborateur et ami de Jean-Luc Delarue, devrait devenir l’administrateur des biens légués à son fils Jean jusqu’à sa majorité, selon le testament, qui écarte expressément la mère de l’enfant, Elisabeth Bost, dont il était séparé depuis 2010.

Dans un codicille rédigé le 3 juillet dernier, moins de deux mois avant son décès, l’animateur précisait qu’il souhaitait léguer à son épouse «le maximum en pleine propriété prévu par la loi», c’est-à-dire 50% de ses biens.

Sa famille oubliée, au profit de son épouse

Ni le testament, ni le codicille rédigé ne mentionnent les parents de l’animateur, ni le reste de sa famille.

«Je n’ai plus rien à dire si ce n’est que j’aiderai la maman de Jean à défendre les intérêts de mon petit-fils», a déclaré Jean-Claude Delarue, père de l’animateur, qui passe pour entretenir de mauvaises relations avec Anissa Delarue.

Enterré dans le carré musulman

La première passe d’armes avait eu lieu autour de l’inhumation: Jean-Claude Delarue avait vivement regretté ne pas avoir été invité à rendre un dernier hommage à son fils, affirmant que celui-ci s’était converti à l’islam et avait été enterré dans le carré musulman d’un cimetière, ce que la veuve avait démenti. Mais on apprenait plus tard, qu’après une cérémonie au Père Lachaise, l’animateur avait été effectivement inhumé au cimetière de Thiais (Val-de-Marne), dans une partie réservée aux musulmans.

La Dépêche du Midi

Publicités