Amma a câliné 30 millions d’êtres : l’affection maternelle pour guérir l’humanité

Source : Le Matin le 18.10.2012

Amma parcourt le monde depuis des années et étreint sans compter. Après Winterthour, la voici à Paris, où elle va cajoler 20 000 personnes.


Amma est une «Grande Ame», autrement dit une Mahatma, comme le fut avant elle Gandhi. Née il y a 59 ans en Inde du Sud, dans le Kerala plus précisément, Mata Amritanandamayi Devi est mondialement connue sous le nom de Amma, qui signifie «maman» en malayalam. Tout a commencé par la guérison d’un lépreux qu’elle avait embrassé; guérison qui est considérée par certains comme un miracle.

Le Kérala est une ancienne terre de Matriarcat :

Depuis une trentaine d’années, elle parcourt le monde pour étreindre, câliner et embrasser des milliers de gens. A ce jour, on estime que cette grande prêtresse du câlin a cajolé 30 millions de personnes. Son message n’est pas politique mais universel, il s’agit «d’amour, de compassion, de solidarité» explique son entourage qui l’accompagne partout.

Comme chaque année en automne, sa tournée passe par l’Europe, onze villes dans huit pays où elle distribue sa chaleur sans compter. Elle était à Berlin au début du mois, à Winterthour la semaine passée (du 9 au 11 octobre), et se trouve aujourd’hui à Pontoise, à 35 km de Paris, jusqu’à samedi soir.

Mais que vont chercher ces foules qui font la queue si longtemps dans ces grandes salles, – des temples de méditation improvisés, parfumés à l’encens et où l’on mange végétarien – pour recevoir un bonbon, un pétale de rose et un vrai câlin qui dure bien quelques secondes. «C’est un instant merveilleux», témoigne une «embrassée». «Quand on reçoit cette chaleur, ce don si simple et si humble – le bonbon et le pétale –, on ressent la douceur de l’amour, basiquement humain. C’est très profond et très simple à la fois, il n’y a rien d’extravagant», raconte une Genevoise qui ne manquerait pour rien au monde ces rencontres exceptionnelles.

A noter que si l’attente est longue, l’entrée est gratuite. A l’intérieur, on peut acheter des livres et divers objets ou faire une donation à son ONG Embracing the World. L’argent récolté ira aux multiples projets initiés et soutenus par Amma en Inde, des logis pour les sans-abri, des orphelinats ou des écoles. (Le Matin)

Lire : Le plaisir du corps et l’origine de la violence : Carences affectives durant la petite enfance et religions sexuellement répressives

Les premiers mois. Nourrir naturellement et caresser son enfant contribuera à en faire un adulte non-violent. La privation de ces contacts corporels peut avoir l’effet opposé.

Publicités