Arabie Saoudite : victime d’un viol collectif, fouet et prison pour fornication et tentative d’avortement

Le mariage est le seul garant de la reconnaissance de paternité, fondement du patriarcat. Toute sexualité hors mariage peut engendrer des enfants sans père, des bâtards illégitimes, et est donc interdite et violemment punie (fouet et lapidation en islam). Seules des traces de violences peuvent prouver qu’il y a eut viol. Sinon, rien ne prouve que la présumée victime n’ai pas été consentante. Tout enfant conçu hors mariage n’aura pas de père légal. L’avortement est interdit parce que la vie est la propriété exclusive des pères.

Par Melba le 1 décembre 2011, source : Saudi Gazette traduction Bivouac-id.

DJEDDAH : Violée par cinq hommes, une femme de 23 ans, célibataire a été condamnée à un an de prison et 100 coups de fouet pour “adultère” et pour avoir tenté d’avorter.

Le tribunal de Djeddah a prononcé le verdict samedi après l’aveu de la victime, qui a reconnu avoir eu des rapports sexuels forcés avec un homme qui lui avait offert de l’accompagner en voiture. L’homme, a avoué la victime, l’a emmenée dans une maison située à l’est de Djeddah. C’est là que lui et quatre de ses amis l’ont violée toute la nuit.

S’apercevant qu’elle était enceinte peu de temps après, elle se rendit à l’hôpital Roi Fahd pour tenter d’effectuer un avortement. Elle était alors enceinte de huit semaines, a confirmé l’hôpital.

Selon l’arrêté du juge, la femme sera incarcérée dans une prison hors de Djeddah où elle purgera sa peine et sera fouettée après l’accouchement de son bébé qui prendra le nom de famille de la mère.

Publicités