Israël : Un kit d’auto-circoncision, sans scalpel ni anesthésie, pour sauver le monde du SIDA

SIDA - PrePex« Le véritable but, c’est la douleur corporelle à infliger à ce membre… Car, si, dès la naissance on fait saigner ce membre en lui ôtant sa couverture, il sera indubitablement affaibli. » – Moïse ben Maïmon – Guide des Égarés – Volume III Chapitre 39

Par Lionel Yrhi (Netanya), publié le 27 juillet 2012 sur Israël valley

La mission de PrePex (Israël) : sauver le monde du SIDA.

La petite start-up israélienne PrePex a développé, depuis ces trois dernières années, un dispositif médical permettant de réaliser la circoncision de façon complètement autonome, sans scalpel, anesthésie, chambre stérile, ni même faire couler de sang (==> procédure clinique en vidéo).

20 dollars par dispositif

Après plusieurs années de développement, d’études, d’essais cliniques et d’obtention des autorisations nécessaires, l’entreprise commence actuellement la distribution de son produit en Afrique, pour la somme de 20 dollars par dispositif. Ce procédé révolutionnaire promet de faire baisser par millions le nombre d’atteints du SIDA.

L’ONU pour la circoncision anti-SIDA de l’Afrique

La société a été créée en 2009, deux ans après le rapport de santé établi par l’ONU qui encourageait vivement la circoncision des hommes africains, dans le but de minimiser leurs risques de contamination par le virus. Cette enquête avait alors fortement préoccupé les fondateurs de PrePex, qui auraient compris l’enjeu, tant bien humain que financier, à développer un produit qui permettrait la circoncision d’une façon sûre, simple, rapide et bon marché.

« De grandes enquêtes effectuées en Afrique du sud, au Rwanda ainsi qu’au Kenya ont montré que la circoncision limite de 60% les risques de contamination » a déclaré l’une des fondatrices et PDG de l’entreprise Tsameret First.

Le but du programme antisida établi en 2007 est d’éviter la contamination de 3,5 millions d’atteints potentiels jusqu’en 2025, grâce à la circoncision de 20 millions d’hommes africains jusqu’en 2015, soit 80% des hommes matures issus des 14 pays frappés par le virus du SIDA.

Bill Gates et la Banque Centrale unis contre le SIDA

Plusieurs organisations sont impliquées dans ce programme comme notamment UNAIDS, l’agence contre le sida de l’ONU, PEPFAR, le programme américain d’urgence à la guérison du sida, ainsi que la fondation de Bill et Melinda Gates, ou encore la Banque Centrale. Le coût estimé du projet s’élève à 1,5 milliard de dollars, tandis que la réduction du coût des opérations promet une économie de 16 milliards de dollars jusqu’en 2025.

500 000 africains circoncis par PrePex

Pour l’instant, le programme de la jeune entreprise avance de façon modérée : seulement un demi million d’hommes africains ont subi l’opération depuis la mise sur la marché du produit.

Le combat de PrePex avait notamment été soutenu par Hillary Clinton, quand, en novembre 2011, elle avait déclaré que la prochaine génération devrait été nettoyée du sida. Elle avait notamment décrit les trois manières primordiales à l’éradication du virus :

  1. l’arrêt du transfert génétique de la maladie (de la mère à l’enfant),
  2. l’expansion du phénomène de circoncision,
  3. ainsi que le traitement des gens atteints par le virus.

« Les deux premières méthodes sont celles qui nous reviennent le plus cher, mais nous continuons de les appliquer et de les étendre » avait-elle déclaré.

Cette semaine, First s’est rendue à la convention IAS 2012 sur le sida à Washington, d’où elle a reçu des commandes visant à fournir 7 des 14 pays compris dans le programme, en plus du Rwanda et du Zimbabwe qui sont déjà associées au programme PrePex. Elle ouvre donc cette année avec 9 états différents.

La révolution PrePex, qui n’a été dévoilée au public israélien que récemment, a créé un véritable buzz mondial, qui lui a notamment valu des articles dédiés dans le Wall Street Journal, le New York Times, ainsi que le Time Magazine et le Financial Times, ou encore l’enthousiasme de Bill Gates exprimé à multiples reprises, comme par exemple pendant sa conférence de Stanford.

Lionel Yrhi (Netanya).

Lire : Origine de la circoncision, de l’excision et des sacrifices d’enfants : culte du sang et changement de filiation

Publicités