Richard Prasquier : «Si on interdit la circoncision, les juifs quitteront l’Europe»

« Le véritable but, c’est la douleur corporelle à infliger à ce membre …. Car, si, dès la naissance on fait saigner ce membre en lui ôtant sa couverture, il sera indubitablement affaibli. » – Moïse ben Maïmon – Guide des Égarés – Volume III Chapitre 39

Publié le 30 Novembre 2012 sur European Jewish Press

“Si la circoncision venait à être interdite en Europe, cela signifierait la fin d’une présence religieuse juive en Europe. Que l’on soit juif orthodoxe ou pas, toute atteinte à cette pratique religieuse signifiera que les juifs feront leurs valises et quitteront l’Europe”, a déclaré Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) lors d’un séminaire sur la liberté religieuse en Europe organisé jeudi 29 novembre 2012 au Parlement européen à Bruxelles.  

Pour M.Prasquier les religions subissent aujourd’hui des attaques inattendues qui mettent en cause certaines de leurs pratiques, citant aussi l’abattage ritual des animaux.

“De ce point de vue l’Islam et le judaïsme qui ont beaucoup de pratiques communes sont mises en cause de façon analogue”, a ajouté M.Prasquier qui participait à un séminaire sur la liberté de religion, le racisme et l’antisémitisme en Europe, en compagnie de l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi.

“Il faut que l’arsenal legislatif de chacun des pays en Europe autorise l’abattage rituel pour des raisons religieuses, sinon il faut en tirer les conclusions et elles sont extrêmement graves en ce qui concerne la possibilité de préserver une diversité religieuse à l’intérieur de notre continent”, a-t-il ajouté, mentionnant la récente decision de la cour constitutionnelle de Pologne qui a statué qu’il n’y a aucun accord légal permettant cet abattage dans le pays en réponse à une demande de groupes de défense des animaux.

Des pratiques religieuses absolument indispensables

« Il faut savoir resister à ceux qui veulent entraîner un véritable combat contre des pratiques religieuses qui sont absolument indispensables », a souligné le president du CRIF qui a toutefois admis les critiques « légitimes » faites à certains aspects d’une religion quelle qu’elle soit « à condition qu’elles soient honnêtes et qu’elles ne blessent pas les gens qui la pratiquent ».

Il a aussi mis en garde contre l’émergence de mouvements populistes dans certains pays européens « qui portent en eux des germes de rejet et de xénophobie. »

« Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »

“ Il faut être extrêmement vigilant vis-à-vis de ces mouvements même quand ils paraissent anodins. Je crois que la crise venant c’est un danger auxquels nous devons tous être extrêmement sensibles. Les anciens démons de l’Europe n’ont malheureusement pas encore disparus”, a-t-il dit lors du séminaire organisé par l’Association juive européenne (EJA).

Dans son intervention, Hassen Chalghoumi, qui a pris récemment l’initiative inédite d’emmener 17 imams français en Israël et dans les territories palestiniens, a souligné qu’en France, où vit la plus grande communauté musulmane d’Europe, « tous les Musulmans ne sont pas des Mohamed Merah ».

L’amitié judéo-islamique

Dénonçant l’importation du conflit du Moyen-Orient en France, l’imam de Drancy a appelé à « exporter l’amitié qui existe en France entre Juifs et Musulmans » et invitant les communautés à emprunter la « voie du dialogue et de l’espoir ».

« Le conflit est politique et non religieux », a-t-il ajouté, insistant sur le fait qu’une minorité de jeunes musulmans sont fanatisés par des groups intégristes et par des sites internet de haine et de propagande « qui sont influencés par l’étranger, notamment l’Iran et le Qatar ».

Pour un « véritable islam européen »

« On recrute beaucoup en Europe parce qu’il y a des jeunes naïfs qui sont récupérés ». « La haine est récupérée par des fanatiques, on banalise l’antisémitisme et la Shoah ». 

Pour lui, la liberté de culte est tout aussi importante. « Mais les lois interdisant les pratiques religieuses en Europe, comme l’abattage rituel,  sont récupérées par des fanatiques ».

« L’Europe doit au contraire se battre contre l’ingérence extérieure et favoriser la liberté religieuse pur tous ses citoyens », a-t-il dit, plaidant pour un « véritable islam européen ».

Publicités