Pony, orang-outan prostituée (Indonésie) : quand les femmes sont interdites hors mariage

Le mariage est le seul garant de la reconnaissance de paternité. Toute sexualité hors mariage peut engendrer des enfants sans père, des bâtards illégitimes et doit donc être interdite. La prostitution et les sexualités déviantes permettent ainsi de canaliser le péché de fornication et d’adultère.

Publié le 30 mai 2012 par Émeline Ferard sur Maxi Sciences

Pony390230 10150472418171182 74198446181 8585179 948762935

A Bornéo, une fondation qui milite pour la protection des orangs-outans a organisé il y a de cela 5 ans la libération d’une femelle âgée de 12 ans et qui était détenue dans un bordel en tant que prostituée. Si les faits datent maintenant, il ne s’agirait pas d’un cas isolé et la pratique serait même loin d’être rare.

Alors que les orangs-outans font aujourd’hui l’objet de multiples programmes de protection, c’est une affaire particulièrement alarmante que relaient aujourd’hui de nombreux médias à travers le monde. Celle-ci remonte à 2007 mais les faits ont été révélés il y a peu : sur l’île de Bornéo, l’organisation Borneo Orangutan Survival Foundation a dû mener une longue opération de sauvetage pour libérer une femelle orang-outan qui subissait depuis plusieurs années des sévices sexuels dans un bordel de campagne.

Maquillée, rasée, et parfumée… comme une femme

Agé de 12 ans, l’animal baptisé Pony était complètement rasé, lavé et parfumé, et avait même du rouge à lèvres, occasionnant des irritations sévères sur la totalité de sa peau. Elle était ainsi tenue enchainée à un lit pour que les clients de l’établissement abusent d’elle. « Maquillée, parée de bijoux et autres artifices censés la rendre plus humaine, la pauvre femelle orang-outan ainsi séquestrée et prostituée a enchaîné les passes quotidiennes pendant des années. Elle se faisait dévorer par les moustiques, et les piqûres s’infectaient », a expliqué la directrice de la fondation Michelle Desilets citée par Asie-info.fr. Il a néanmoins fallu plus d’un an de lutte et une escorte armée pour libérer l’animal.

Pony avait une clientèle très, très fidèle

Il aura fallu pas moins d’une année et un commando de 35 policiers armés avant que le pauvre animal ne soit arraché des griffes de sa maquerelle qui, hystérique, au moment des faits, hurlait : « Ils sont en train de prendre mon bébé, vous n’avez pas le droit! »

« Quand nous avons essayé de les libérer il y a eu une émeute, nous avons été menacé avec des couteaux et des machettes. Nous avons dû recourir à la police de l’État, qui a envoyé environ 30 agents », a témoigné Karmele Llano, un vétérinaire espagnol qui a participé au sauvetage. « Nous l’avons emmenée à notre centre de réadaptation Menteng Nyaru, où nous nous concentrons sur les orangs-outans qui ont besoin de soins pour récupérer des gens qui les utilisent ou abusent d’eux », a t-il précisé cité sur le site Redpaa.org.

Pony avant, sur son matelas, enchaînée au mur en attendant le client… et Pony aujourd’hui !

Une autre menace pour les espèces

Néanmoins, l’histoire de Pony est loin d’être un cas isolé. La prostitution des orangs-outans serait même loin d’être une pratique rare dans certains pays dont la Thaïlande. « Nous savons que dans ce pays il est fréquent que des bordels se servent d’orang-outan comme divertissement sexuel pour leurs clients, que des animaux soient exhibés dans des cirques ou des spectacles de boite« , a ajouté le vétérinaire espagnol. Les singes sont alors capturés en pleine nature jeunes comme adultes pour être revendus.

Déforestation pour l’huile de palme

C’est ainsi une nouvelle menace qui plane sur eux alors qu’ils doivent déjà faire face à une dégradation considérable de leur environnement due à la déforestation et à la culture des palmiers à huile. Aujourd’hui, il resterait moins de 40.000 spécimens encore à l’état sauvage dans le monde tandis que plusieurs espèces figurent déjà sur la liste rouge de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Comme l’explique Redpaa.org, Pedro Pozas, écologiste espagnol et directeur exécutif du projet « Grands Singes » aurait déposé une plainte suite à cette affaire. Celui-ci aurait également conduit au Parlement, un projet visant à impliquer l’Espagne dans la lutte pour les droits de ces mammifères. « Nous y parviendrons, je veux donner aux grands singes le droit à la vie, la liberté et à ne pas être torturé », a-t-il ainsi justifié. Parallèlement, une pétition contre la prostitution des orangs-outans en Asie a été lancée sur le site Mesopinions.com. Elle a déjà reçu 17.660 signatures.

Pour en savoir plus sur la protection de ces singes, rendez-vous sur le site de l’Orangutan Protection Foundation.

Publicités