La grande trahison des FEMEN : du paganisme matriarcal patriote, au mariage gay cosmopolite

Vers un retour au paganisme matriarcal

Créé en 2008, FEMEN fut à l’origine un mouvement féministe novateur, ou plutôt, un retour aux sources du féminisme originel, authentique et légitime. Défendant la cause des femmes et des mères, mêlant érotisme néo-païen (« Notre dieu est une femme »), et valeurs patriotes, elles ressuscitaient les antiques Amazones de leur mère Matrie historique, l’Ukraine (peuples Scythes et Sarmates), pour défier les nouveaux empires patriarcaux contemporains, successeurs des anciens grecs et romains.

« Une image nationale de la féminité, de la maternité et de la beauté » – charte FEMEN de 2008

Leur première charte défendait les intérêts de la communauté des femmes ukrainiennes, prônait le développement de leurs qualités morales et intellectuelles, pour bâtir l’image de l’Ukraine, et développer des partenariats internationaux sur son territoire.

 » Nous sommes le mouvement des femmes.

Nous construisons une image nationale de la féminité, de la maternité et de la beauté reposant sur l’expérience de mouvements des femmes euro-Atlantique. Nous mettons en place des normes nouvelles, marques de la circulation civile en Ukraine.

Nos objectifs :

Pour réagir et influencer les graves problèmes sociaux de la société ukrainienne, en particulier ceux qui touchent directement aux intérêts de la femme ukrainienne. Pour contrer activement les tendances négatives mettant en danger la santé physique et mentale de la communauté ukrainienne des femmes.

Informer la société des questions des femmes ukrainiennes et leurs problèmes. Pour développer le leadership, l’intégration des qualités intellectuelles et morales des jeunes femmes en Ukraine. Pour bâtir l’image de l’Ukraine, le pays avec de grandes possibilités pour les femmes. Pour établir la coopération avec d’autres organisations internationales de femmes, pour mener à bien les programmes internationaux à grande échelle sur le territoire de l’Ukraine.  »

Des lectrices d’Engels anti-mariage

Anna Hutsol, à Kiev, le 12 novembre 2010.

Sa fondatrice, Anna Hutsol, avait créé le mouvement par réaction aux mariages forcés qu’elle voyait sous ses yeux détruire la vie d’innombrables jeunes filles encore mineures. Lectrice de Friedrich Engels (Origine de la famille, de la propriété et de l’état – 1886), elle avait donc compris que l’institution du mariage était l’instrument d’asservissement des femmes, et la reconnaissance de paternité, l’origine de leur esclavage. Elle vantait aussi le courage des mères de famille qui assuraient la survie des villages après la chute de l’URSS, pendant que les maris noyaient leurs soucis dans la vodka. C’était des valeurs familiales et anti-mariages, donc matriarcales, que FEMEN défendait…

Quand l’Empire d’Occident s’en mêle

Mais les relations entre la Russie et l’Ukraine n’ont jamais été tendres. Les vues impérialistes des tsars ont depuis toujours irrité les ukrainiens, et c’est dans cette continuité que les FEMEN luttent contre Vladimir Poutine. Mais c’était compter sans l’ingérence américaine, qui voit dans l’Empire d’Orient un imposant concurrent politique. L’occasion est trop belle, l’Empire d’Occident leur ouvre les bras, les protègent, et les encouragent dans cette guerre médiatique.

Le début de la décadence

Exilée d’Ukraine pour avoir stupidement tronçonné une croix chrétienne, en soutient au non-féministe mouvement « punk », les Émeutes de Chattes, Inna Chevtchenko est recueillie par l’ultra-gauche de France. On se rappelle il y a peu ces mêmes féministes cosmopolites critiquer la préférence nationale ukrainienne des FEMEN. N’ayant de meilleur soutient, Inna accepte.

Du féminisme socialiste au féminisme bourgeois

Elle qui devait réformer le féminisme français, anti-féminin, anti-maternité, et anti-patriote, c’est désormais le féminisme castrateur mondialiste qui réforme le mouvement FEMEN alors en position de faiblesse. Fini le patriotisme, fini la défense des mères, place à la théorie du genre et au mariage gay, place au blasphème idiot et à la provocation violente ! Ces lectrices d’Engels qui auraient dû prôner « le mariage pour personne » prônent désormais « le mariage pour tous » ! Elles trahissent ainsi le féminisme socialiste libertin d’Alexandra Kollontaï (URSS, 1872 – 1952), qui avait exclu toute alliance avec le « féminisme bourgeois », idiot utile du capitalisme.

Du paganisme matriarcal au mariage gay

Trahir la cause des femmes, nier la cause des mères

Quel rapport entre le mariage gay et la cause des femmes ? Aucun. Quand aux mères célibataires qui sont obligées de travailler jusqu’à 90 heures par semaine, ou de se prostituer pour nourrir leurs enfants, elles n’avaient qu’à avorter ou aller mendier au Secours Catholique. La maternité n’est-elle pas la source de la soumission des femmes ?… ou de leur pouvoir suprême sur la société ? A quand les FEMEN seins nus, en train de mendier en allaitant un bâtard illégitime, déguisées en prostituées du 19e siècle, pour dénoncer la précarité des filles-mères face à la crise ? Face à l’extinction inéluctable du couple, du mariage, et de la paternité, consécutif à la libération des femmes et du sexe hors mariage, voilà la vraie lutte féministe d’aujourd’hui ! Les FEMEN vont-elles réellement défendre la cause des femmes ? La maternité n’est-elle pas la source de la féminité ?

Les FEMEN trahissent la cause des femmes

Publicités