Patriarcat islamique : son mari kidnappe son enfant et l’emmène en Égypte – Quand le père a les mêmes droits que la mère

Le mariage a été inventé pour établir la filiation paternelle et le droit du père sur l’enfant. L’autorité parentale conjointe est une utopie moderne qui date en France de 1970 seulement. Avant, seul le père, le Pater Familias, avait autorité sur l’enfant : la mère n’avait aucun droits sur le fruit de ses propres entrailles. L’enfant ne peut appartenir qu’à un seul parent, le père ou la mère, sinon c’est la guerre !

Vidéo : dans le patriarcat islamique, l’enfant conçu dans le mariage appartient au père, hors mariage, à la mère.

En 1970, la loi dispose que désormais « les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille » : c’est la fin de la notion de chef de famille, du pater familias. L’autorité parentale remplace la puissance paternelle (patria potestas du droit romain). Toutefois, l’autorité parentale est exercée par la mère d’un enfant naturel (conçu hors mariage) même si les deux parents l’ont reconnu.

Enlèvement par son père de mon fils Asim

Publiée le 07/01/2013 sur Ma vérité Sur

Le 24 Novembre 2012 un drame familial surgit: le père de mon fils enlève mon petit garçon et le déplace dans son pays d’origine en Égypte!

Photo de la Vérité

Mariée depuis le 14 mars 2010 à un égyptien et maman d’un petit garçon de 2 ans et demi né le 21/07/2010, je vis depuis un mois et demi un drame : mon mari, résident avec moi et mon petit garçon en France depuis avril 2012, a quitté le domicile conjugal le 24 novembre avec mon fils en partance pour l’Égypte… C’était un samedi ; Je pars travailler à 9h50 comme tous les jours et je rentre vers 14h30 ; A ce moment-là, rien de suspect, je me dis que mon fils et son père sont partis se promener comme ils ont l’habitude de le faire …

J’essaie alors d’appeler sur son téléphone et je tombe directement sur la messagerie vocale et là je commence à avoir peur… Je me rends dans la chambre du petit, tout est à la même place. Je file dans notre chambre, j’ouvre l’armoire et je vois bien que des habits de mon mari ont disparu mais je n’arrive pas à y croire. Je repars ensuite dans la cuisine et je retourne immédiatement dans son armoire et là je comprends tout de suite qu’il est parti… Il a pris le soin de se faire une valise avec ses effets personnels mais n’a rien pris pour mon petit garçon.

Quand le père a les mêmes droits que la mère

Prise de panique, je prends ma voiture et je file à la brigade de gendarmerie de ma ville. J’ai directement porté plainte lorsque j’ai découvert cela mais malheureusement ils étaient déjà dans l’avion (décollage de l’avion 15h10 à l’aéroport de Roissy). La gendarmerie a été efficace et compétente et les autorités égyptiennes et françaises ont établis une médiation avec ce Monsieur à son arrivée au Caire. Ce dernier n’a rien voulu savoir ! Ayant les mêmes droits que moi, la maman, sur mon fils ils n’ont pas pu l’arrêter !!! Je suis obligé d’attendre un jugement pour le droit de garde!!! J’ai donc débuté ma procédure judiciaire deux jours après (car nous étions en weekend) et j’ai également fait un dossier civil!!! J’ai contacté le ministre des affaires étrangère et le procureur de la république à également imposé une interdiction de sortie de territoire que j’ai renouvelée bien que mon fils soit déjà en Égypte ! Je sais exactement où se trouve mon bébé puisque mon mari à toute une famille à charge (ses parents, sa sœur, sa nièce). Monsieur ne s’occupe pas de son fils puisqu’il est instructeur de plongée : il part sur les bords de la mer rouge et ne rentre que tous les deux mois!! Aucun scrupule à laisser son fils pour une si longue période avec des personnes qui ne sont pas valides pour s’occuper de lui !

La Patria Potesta du Pater Familias

Je me suis déjà fait arracher mon petit garçon en Égypte en aout 2011 jusqu’en Octobre devant les propres yeux de la mère de mon mari qui n’a rien dit (la soumission des femmes fait qu’elles se taisent). Mon mari est colérique, possessif et très exclusif avec son fils, il lui rend la vie très difficile. Ensuite de Décembre 2011 à Avril 2012, même topo : je décide de rentrer en France car mon état de santé était défavorable. J’ai dû laisser mon fils avec son père car ce dernier avait imposé une interdiction de sortie de territoire pour l’enfant ! C’est ainsi que je suis rentrée en France dépitée et malheureuse en sachant que mon mari s’est permis de jeter mon fils dans sa famille et de retourner le voir seulement tous les deux mois !!! C’est un abandon alors que moi, maman, je pouvais m’occuper de mon fils 24h sur 24h mais un père jaloux commet toujours l’irréparable.

«Pourquoi Zeus nous oblige à passer par les femmes pour avoir des fils?» – Eschyle.

Après de lourdes négociations Monsieur est venu vivre en France avec moi en Avril 2012 et m’a ramené mon fils. De là nous avons essayé de nous reconstruire mon fils et moi-même. Cela a été difficile surtout pour mon petit garçon : il a gardé depuis tous ces évènements un gros souci psychologique au niveau de la séparation, il n’acceptait pas que je puisse le laisser chez la nounou et tout ça par la faute de son père qui lui fait subir une vie chaotique. Avant l’enlèvement, cela faisait deux semaines que mon fils allait bien et acceptait d’aller chez la nounou et, lorsque je le récupérais, il était heureux et me sautait dans les bras ! C’est un amour de bébé qui ne mérite pas toute cette maltraitance de la part de son père. Son père fait de l’aliénation parentale. Les droits de mon petit garçon sont entravés, mon petit ange mérite d’être heureux et pas d’être dans des conditions de vie déplorables. Malheureusement on ne me permet pas de voir mon petit garçon par Skype ou de lui parler au téléphone : je n’ai le droit qu’à des petites nouvelles qui me disent que mon fils va très bien et qu’il n’a pas besoin de sa maman…

L’amour maternelle n’a pas de frontières

De plus personne ne lui inculquera sa langue maternelle puisqu’il y a un rejet de son côté français!!! J’ai la tristesse de dire que mon fils ne peut plus me comprendre mais l’amour maternelle n’a pas de frontière et notre lien il est unit à jamais.

Mon enfant n’a pas de prix, il est tout ce que j’ai dans ce monde et je me battrais chaque jour encore plus pour lui redonner la vie qu’il mérite d’avoir. Mon mari se disait « bon musulman » faisant sa prière cinq fois par jour et respectant tous les textes du Coran qu’il m’a dicté ! On peut juste s’apercevoir que ce genre de personne ne sont en fait que des faux croyants et ne pratiquent que leur propre pensée. Ce sont des menteurs, manipulateurs et égoïstes!!! Moi, adulte de 26 ans, je peux souffrir et me relever mais un enfant de 2 ans et demi n’a pas le droit de souffrir car c’est tout sa vie qui sera touchée !!!

Plusieurs histoires similaires à la mienne n’aboutissent pas et c’est incompréhensible, nous avons des lois, des textes, des accords ratifiés alors où est la justice ? Sachez que chaque maman voit sa lueur d’espoir et rêve de retrouver son enfant… Moi j’y crois et je ne m’écroulerais jamais !!!!

Svp signez la pétition en bas à droite de cette article je vous remercie !!!

Publicités