Mali – L’intifada des matriarches Touareg contre les djihadistes d’Ansar Dine

http://www.malijet.com/thumbnail.php?file=Omar_Hamaha_949912880.jpg&size=article_large

Lu sur Slate Afrique le 06 juin 2012

Alors que la communauté internationale a encore du mal à s’accorder sur les actions à prendre au Mali, dans les rues des villes du nord du pays, c’est la population qui se mobilise contre les groupes islamistes armés. Cette fois-ci, c’est à Kidal, au nord-est du pays que les habitants ont pris les choses en main et tout particulièrement les femmes, rapporte Le Républicain malien.

Le 5 juin, elles étaient environ 300 à marcher en direction de l’aéroport, suivant de près une autre manifestation de jeunes. Alors que ces derniers n’ont rencontré aucune résistance de la part des membres d’Ansar Dine ou d’Aqmi, les femmes ont été prises à partie dès leur arrivée dans le centre-ville.

Mais elles ne se sont pas laissées faire: «Les femmes déclenchent aussitôt une intifada. Les jets de pierres par les marcheuses déclenchent les coups de cravache par Ansar Dine. Quatre femmes sont blessées légèrement mais la cruauté de la police islamique décuple la détermination des femmes qui intensifient la lapidation», note Le Républicain.

Et face à autant de détermination, les membres d’Ansar Dine ont préféré reculer et prendre la fuite.

Depuis la chute de la ville de Kidal, le 30 mars dernier, les groupes armés tentent d’imposer des règles islamiques de plus en plus strictes en obligeant les femmes à porter le voile où en interdisant les loisirs comme jouer au football ou fumer des cigarettes.

Cette «victoire» a été fêtée dignement par les manifestants. Dans l’après-midi, les femmes ont retiré leurs voiles et les jeunes se sont aventurés à fumer des cigarettes, pourtant interdites —signes de provocation et de libération.

Déterminée et ne craignant pas une pourtant très probable réaction d’Ansar Dine, l’une des participantes de la marche a déclaré qu’elles «remettraient ça  le lendemain et les autres jours».

Le groupe islamiste Ansar Dine semble de plus en plus décrié par la population malienne. D’ailleurs, le MNLA, la rébellion touareg, lui serait préféré d’après les cris scandés par les jeunes de Kidal lors de leur manifestation. Tout récemment, les négociations pour une possible alliance entre les deux groupes ont échoué.

Ce n’est pas la première fois que les jeunes décident de se mobiliser, d’exprimer leur « ras-le-bol » et de braver les interdits imposés avec violence dans la région. Il y a quelques semaines, c’est à Gao, un peu plus au sud, que les jeunes s’étaient rebellés contre les «occupants».

Sur Mali Jet, le 6 juin 2012

Contre les Islamistes, les femmes de Kidal ont choisi l’Intifada. A leur corps défendant.

Après Gao et Tombouctou, les femmes et les jeunes de Kidal montent en puissance contre l’alliance Ansardine-Aqmi qui a fait de l’Adrar la capitale de la Région du Sahara, ex-zone 9. Hier, mardi, vers sept heures près de cinq cent jeunes venus de  toute la Région se sont regroupés au Rond-Point central de la ville. Quelques instants plus tard, ils entament leur marche en direction de l’aéroport, avant de se diriger vers le quartier Ariyou où ils ont manifesté devant le chef traditionnel de l’Adrar, le vieux Intallah, père du député Alghabass devenu depuis le début de la rébellion un membre  influent d’Ansardine. Les jeunes très remontés contre les lois restrictives des islamistes qui contrôlent la ville depuis fin mars arborent des banderoles hostiles à Aqmi et Ansardine et affichent, à travers les haut-parleurs leur préférence pour le Mnla. Cette manifestation a duré quatre heures. Des jeunes ont  fumé le long de la marche comme pour braver la police islamique qui a interdit la cigarette. Il n’y a pas de heurts signalés avec les jihadistes lors de cette marche contrairement à celle des femmes -environ 300- qui ont commencé leur manifestation peu après celle des jeunes, empruntant le même axe. Vers le centre ville, la police islamiste tente de les empêcher de progresser.

Oui au Mnla, non à Ansardine

Les femmes déclenchent aussitôt une intifada. Les jets de pierres par les marcheuses déclenchent les coups de cravache par Ansardine. Quatre femmes sont blessées légèrement mais la cruauté de la police islamique décuple la détermination des femmes qui intensifient la lapidation. Les éléments d’Ansardine prennent la fuite avec deux  voitures endommagées. Le calme régnait dans l’après-midi des événements. Et signe de leur victoire, les femmes ont tombé le voile et les jeunes fumaient dans la rue, violant la loi instituée par les jihadistes depuis deux mois. Ansardine et Aqmi vaincus par les femmes et les jeunes de l’Adrar ? Rien n’est moins sûr. Nos sources précisent que les islamistes pourront montrer plus de fermeté désormais contre les manifestations. Mais  « nous remettrons cela demain et les autres jours », menace une des femmes qui a participé à la marche. Une marche qui a démystifié et rendu Ansardine plus impopulaire, semble-t-on dire à Kidal. Les relations entre ce mouvement jihadiste touareg et les populations de l’Adrar n’ont jamais été au beau fixe et les difficultés pour la fusion Ansardine-Aqmi en sont la meilleure illustration. Les violences d’hier contre des femmes vont davantage éloigner les Touareg et Ansardine, anticipe un ressortissant de Kidal. Surtout au moment où il se dit que le vieux Intallah est hostile à tout ce qui est Aqmi et que son fils Alghabass est à couteaux tirés avec Iyad Ag Ali, le patron d’Ansardine.

Adam Thiam

Pour plus d’informations sur le matriarcat Touareg :

Publicités