Mali : les Touaregs du MNLA (matriarcat) refusent la charia islamique d’Ansar Dine (patriarcat)

Le MNLA dénonce l’accord de fusion avec les islamistes d’Ansar Dine

Jeudi 31 Mai 2012 sur L’Expression

Les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont «dénoncé l’accord » de fusion annoncé samedi avec les islamistes d’Ansar Dine, en raison de désaccords sur l’application de la loi islamique, a annoncé vendredi le MNLA dans un communiqué.

«Le Bureau politique du MNLA, devant l’intransigeance d’Ansar Dine sur l’application de la charia dans l’Azawad, et pour être fidèle à sa ligne de conduite résolument laïque, dénonce l’Accord en date du 26 mai 2012 avec cette organisation et en déclare nulles et non avenues toutes dispositions y afférent », indique le court texte daté de Gao et signé par Hamma Ag Mahmoud, membre du Bureau politique du MNLA.

Indépendance laïque contre théocratie islamique

L’annonce de la fusion d’Ansar Dine, un mouvement allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et du MNLA avait soulevé de très vives critiques au sein de la communauté touareg dans le nord du Mali, ainsi que dans les rangs du MNLA, un mouvement dont l’objectif politique affiché est l’indépendance du nord du Mali (région de l’Azawad) et qui a toujours prôné la laïcité.

Après une annonce de fusion samedi, les deux mouvements étaient revenus dès dimanche sur leur annonce, évoquant des désaccords de fond sur l’application de la loi islamique.

Il n’était «pas question » pour Ansar Dine « de revenir sur l’application de la charia », qui est son objectif affiché pour l’ensemble du territoire malien, tandis que le MNLA indiquait «chercher une formule acceptable par tous » mais que cette formule n’était «toujours pas trouvée ».

Le protocole d’accord signé le 26 mai portait sur une fusion au sein d’un «Conseil transitoire de l’État islamique de l’Azawad » (région Nord). Ansar Dine et son allié Aqmi, adepte du jihad (guerre sainte), sont désormais dominants, aux dépens du MNLA, dans l’immense Nord malien qui échappe au pouvoir central depuis deux mois, une partition de fait précipitée par le coup d’État militaire du 22 mars à Bamako.

Le MNLA se bat pour une république laïque...

Le mercredi 21 mars 2012, par Masin, sur Tamazgha.fr

« Ansar Edine est un groupe islamiste malien qui a certes enrôlé des jeunes azawadiens et ouest africains dans un combat idéologique que nous ne saurions tolérer sur notre territoire. » peut-on lire dans un communiqué du Président du Bureau politique du MNLA. Ainsi, le Le MNLA ne laisse aucune porte à des amalgames possibles entre son combat qui reste un combat pour la libération nationale de l’Azawad et les actions de groupes oscurantistes ennemis de l’Azawad, quand bien mêm ces groupes sont Touaregs. Avec ce communiqué, il est clair que le MNLA n’a aucun lien avec le mouvement djihadiste Ansar Edine d’Iyad Ghali qui n’est pas le bienvenu dans l’Azawad.

Cette mise au point était nécessaire pour répondre à la propagande anti-touarègue qui tend à semer la confusion et discréditer le combat du MNLA pour l’indépendance de l’Azawad.

Ci-après le communiqué du MNLA.

La Rédaction.


Communiqué de presse

Le MNLA porte à la connaissance de l’opinion nationale de l’Azawad et de l’opinion internationale que les objectifs et la détermination qui animent notre combat demeurent très clairement l’indépendance de l’Azawad.

Propagande malienne pour discréditer les Touaregs

Les amalgames diffusés par la presse malienne et repris tels quels par la presse internationale sont l’œuvre d’une vaste entreprise de désinformation et de manipulation de l’opinion publique, orchestrée par le MALI et ses alliés, dans le but de salir notre noble combat qui est celui de la libération du territoire de l’Azawad.

La charia en contradiction avec la civilisation Touareg

La république pour laquelle nous nous battons au prix de sacrifices ultimes est basée sur les principes de la démocratie et de la laïcité. Il ne saurait y avoir de confusion possible entre notre combat et celui des criminels qui visent à instaurer un régime théocratique en totale contradiction avec nos fondements culturels et civilisationnels.

Dans le but de lever tout équivoque quant aux tentatives d’amalgames orchestrées par le pouvoir de Bamako et ses acolytes, nous dénonçons les manigances et les montages grossiers qui visent à brouiller les objectifs démocratiques, laïcs et révolutionnaires de notre combat libérateur.

Ansar Adine est un groupe islamiste malien qui a certes enrôlé des jeunes azawadiens et ouest africains dans un combat idéologique que nous ne saurions tolérer sur notre territoire.

Le peuple de l’Azawad reste uni, solidaire et plus que jamais déterminé à aller jusqu’au bout des objectifs qu’il s’est assigné.

Le MNLA appelle le peuple de l’Azawad à la vigilance quant aux manipulations prévisibles, qui ne seront certainement pas les dernières, dans le but de nous décourager et de nous faire renoncer à ce qui nous reste de plus cher, la reconquête de notre dignité à travers l’indépendance de l’éternel Azawad.

Vive l’Azawad libre, laïque et démocratique.

Azawad, le 20 mars 2012.

Pour le bureau politique
Mahmoud Ag Aghaly
Président

Rupture entre le MNLA et Ansar Dine au nord du Mali

Sur RFI, le mardi 20 mars 2012

Un chef Touareg converti au salafisme

Une caravane de Touaregs, au Mali.

Au nord du Mali, la situation se complique après l’appel de Iyad Ag Ghali en faveur de l’application de la charia au Mali. Iyad, ancien leader touareg des années 90 est aujourd’hui un salafiste qui assume sa nouvelle identité de combattant de Dieu. Dans un communiqué publié dimanche 18 mars 2012, il appelle à la lutte armée pour l’instauration d’une république islamique. Cette prise de position radicale signe la rupture avec le MNLA, l’autre mouvement qui combat depuis la mi-janvier l’armée malienne pour obtenir l’indépendance du nord du Mali.

Pour la charia, pas l’Azawad

En fin de semaine dernière à Tessalit dans le Mali du nord, les chefs militaires du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) rencontrent les responsables d’Ansar Dine, conduits par Iyad Ag Ghali. Selon nos informations les cadres militaires du MNLA demandent à Iyad de clarifier ses positions. Ils tentent de le convaincre d’abandonner ses convictions islamistes d’instaurer la charia au Mali. Ils lui demandent aussi de prendre ses distances avec Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique afin de combattre à leurs côtés pour l’indépendance de l’Azawad. Mais Iyad refuse : son combat ce n’est pas l’Azawad, c’est la charia. Après 72 heures de discussions, la rupture entre les deux mouvements est consommée.

Le MNLA veut se départir clairement de l’approche islamiste d’Ansar Dine. Dans un communiqué publié lundi 19 mars au soir, le bureau politique du MNLA précise que «la République pour laquelle nous nous battons est basée sur les principes de la démocratie et de la laïcité» il ne saurait y avoir de confusion possible entre notre combat et celui d’un groupe qui vise à instaurer un régime théocratique.

Le MNLA se passera donc du soutien militaire et financier d’Ansar Dine qui progresse sur le terrain au nord du Mali. Une situation qui, selon un porte-parole du MNLA, n’est pas pour déplaire au pouvoir malien.

Pour plus d’informations sur le matriarcat Touareg :

Publicités