Poison dans le thé, poison dans le vagin, les petits bonheurs du mariage…

Le mariage d’amour est une utopie moderne de l’occident voué à l’échec (75% de divorces à Paris). Le mariage traditionnel est arrangé ou forcé, et ne peut tenir que par l’esclavage des femmes, et l’interdiction stricte du sexe hors mariage, qui n’a pour autre vocation que de garantir la reconnaissance de paternité.

Il tente d’empoisonner son épouse en versant du White Spirit dans son thé

Faits diver mardi 01 mai 2012 sur Ouest France

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationaleUn homme d’une cinquantaine d’années vient d’être mis en examen et écroué en Saône-et-Loire pour avoir tenté d’empoisonner son épouse. Le couple était en instance de divorce.

Les faits se sont déroulés en milieu de semaine dernière au Creusot. Une femme, qui avait l’habitude de boire du thé, avait trouvé une odeur suspecte s’échappant de sa bouilloire.

Elle s’est rendue jeudi au commissariat pour porter plainte. Les investigations policières ont démontré que du white spirit, un diluant à peinture, avait été versé dans la bouilloire. Le mari, interpellé et placé en garde à vue, a reconnu les faits sans donner davantage d’explications.

Le mari mis en examen et écroué

Présenté en fin de semaine au parquet de Chalon-sur-Saône, il a été mis en examen pour tentative d’empoisonnement et écroué au centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand (Saône-et-Loire). La tentative d’empoisonnement peut être passible des assises.

L’odeur du vagin de sa femme lui sauve la vie

Le 28/01/2013 sur DH.be

Sa chère et tendre avait tenté de le tuer à coup de cunnilingus empoisonné

BRASILIA Dans la quête du crime parfait, certains ne sont jamais en manque d’originalité. Cette quadragénaire brésilienne en est un nouvel exemple. Pour se débarrasser de son mari, la femme avait élaboré un plan auquel son époux ne pouvait pas résister.

Invitant son mari à la rejoindre au lit pour honorer son devoir conjugal, la femme le supplie de lui donner du plaisir avec sa langue. Un scénario savamment élaboré, puisque la machiavélique Brésilienne avait enduit ses parties intimes de poison.

Le plan a heureusement capoté. Comment ? L’épouse avait négligé un détail d’importance: l’odeur. Les effluves suspectes dégagées par les parties intimes de sa femme ont incité l’homme à l’amener à l’hôpital. Le verdict des médecins était implacable : la Brésilienne avait versé du poison dans son vagin. L’homme a porté plainte pour tentative de meurtre.

G.G.

Publicités