Vierge à 24 ans, elle vend son hymen 100 000€ : le retour de la dot du mariage traditionnel ?

Le culte de la virginité est d’origine patriarcale. En effet, la virginité à la nuit de noce (consacrée à la procréation, sans plaisir), est un garant supplémentaire de la reconnaissance de paternité. Dans les sociétés matriarcales, puisqu’il n’y a pas de père, pas de mariage, il n’y a donc pas de virginité.

Lire Culte de la virginité : l’hymen, un mythe patriarcal

Cindy: « Je vends ma virginité pour minimum 100.000 euros »

Le 23/01/2013 sur DH.be

Aux côtés de sa mère, Cindy, âgée de 24 ans, nous explique pourquoi elle a choisi de vendre sa virginité aux enchères

BRUXELLES

Sur le marché du désir

Comment t’est venue l’idée ?

“Bêtement. Tout simplement : toute seule. J’y ai pensé quand j’avais 18 ans. J’étais toujours vierge, ce qui est rare de nos jours. Je me suis dit : Purée, je vaux un beau petit paquet d’argent, qui sait ? ! Et, finalement, j’ai vu sur Google que certaines filles l’avaient déjà fait dans d’autres pays. Ça me fait un petit peu peur, mais je me dis que si je peux monnayer ma virginité et changer de vie du jour au lendemain, pourquoi pas.”

Une alternative à l’aliénation du salariat

Pourquoi spécialement monnayer ta virginité ?

“Allez, je me dis : c’est la crise. Les gens bossent comme des dingues. Qu’est-ce que je vais faire ? Travailler dans un bureau pour peut-être 1.200 euros par mois. Comment tu veux qu’un jour j’achète une maison, que je gâte mes proches ? Je me dis que, de nos jours, une fille mignonne, de 24 ans, Européenne, encore vierge et prête à assumer publiquement de se vendre comme un bout de viande, ça ne court pas les rues. On me demande à chaque fois : Est-ce que tu n’as pas peur de donner le mauvais exemple ? Mais quel exemple ? Moi, je n’en connais pas beaucoup des filles qui sont encore vierges à l’âge de 18 ans. J’ai la tête sur mes épaules, je ne suis pas cinglée, je ne suis pas handicapée. Si la société appelle cela de la prostitution, tant mieux pour elle, cela ne me dérange pas. Mais je me dis qu’en une nuit, un gros coup, je peux changer ma vie du jour au lendemain.”

Changer de vie et avoir un toit

Quel montant espères-tu empocher ?

“J’essaye d’arriver à un montant qui me permettrait immédiatement de changer de vie et d’acheter une maison.”

Où voudrais-tu faire l’amour pour ta première fois ?

“Je pense que j’aimerais soit le faire sur l’eau, soit dans les airs, parce que ça n’appartient à personne et c’est plus toléré. Ce n’est pas la prostitution, pas illégal. J’ai lu ça sur Google.”

Qu’en pense ta famille, ton entourage ?

“Au début, on m’a prise pour une petite folle. Quand j’expliquais mon projet, on me prenait à la rigolade et, finalement, j’ai vraiment fait toutes les démarches, j’ai posté des petites annonces, j’avais créé un blog et, là, on me prend un petit peu plus au sérieux, on me soutient. C’est ma famille, c’est normal.”

Elle n’a pas de père

Et ton père ?

“Il n’est pas trop au courant. Il ne vit pas avec nous.”

Mais il le sera forcément…

“Cela ne me dérange pas. J’assume totalement ce que je fais. Toute ma famille, mes proches et meilleurs amis sont au courant. Ils l’acceptent ou pas : c’est mon choix, c’est mon corps, c’est ma décision.”

Tu as déjà fait des émissions de téléréalité…

“J’ai déjà fait une première émission où je me suis fait opérer face aux caméras. Ensuite, on m’a proposé une suite pour voir ce que j’étais devenue. Le reportage passera en mars prochain.”

Une ancienne « grosse »

Une opération ?

“Oui, une opération de la poitrine. J’avais déjà subi d’autres opérations auparavant parce que j’avais 32 kilos en plus. J’ai perdu tout cela grâce à un by-pass. J’ai fait une première augmentation mammaire qui a raté et j’étais vraiment hypercomplexée. Du coup, j’ai fait appel à l’émission Tellement vrai sur NRJ 12.”

Tu n’as pas peur de tomber sur un pervers ?

“Des pervers, il y en a à tous les coins de rue. Ce n’est pas parce que je fais ça que je vais tomber spécialement sur des pervers, mais, non, cela ne me fait pas peur. Il faut de tout pour faire un monde !”

Pas de limites d’âge ni de beauté, juste riche

Quels sont tes critères ?

“Je n’ai pas de critères physiques particuliers mais je veux quelqu’un d’aisé de préférence puisque je vise assez haut pour le montant. Mais la nationalité, l’origine et l’âge, cela m’est complètement égal. Il n’y a pas de limite d’âge.”

Et si ton premier amant est moche comme un pou mais plein de sous ?

“Je ne dis pas que je lui mettrai un sac-poubelle sur la tête ! Mais s’il a de l’argent et qu’il sait débourser autant, il sera au moins un petit peu soigné et propre sur lui. C’est la moindre des choses si l’on est millionnaire. Même moche, c’est quoi être moche ? Je dirais bêtement qu’il peut être bien en chair, cela ne me dérange pas. J’ai aussi été grosse. Je sais ce que c’est.”

Nathalie, Sa maman, âgée de 52 ans

On ne vous a pas beaucoup entendue depuis le début de l’interview ! Qu’en pensez-vous ?

“Quand on entend tout cela… C’est un peu choquant. Cela fait déjà quelques années qu’elle a ça derrière la tête. Je me suis dit : Ça va passer, elle va rencontrer quelqu’un, le prince charmant, mais c’est dans sa tête, elle est butée et, comme on dit, elle est majeure et vaccinée. Avec ou sans mon accord, elle va le faire. Je sais qu’elle est prête. Elle va le faire.”

Moralement parlant, vous cautionnez ?

“Non, je ne suis pas du tout d’accord.”

Votre première fois, ça s’est passé comment pour vous ?

“Pas du tout comme ça parce qu’il n’y a pas que l’argent dans la vie. Moi, c’était avec son papa la première fois et l’on s’est ensuite séparés lorsqu’elle avait six ans. Elle n’a jamais manqué de rien. Elle a tout. J’ai toujours vécu seule avec ma fille. Elle a été peut-être un peu trop gâtée, je lui ai donné tout ce qu’elle voulait, mais avoir une idée pareille en tête, je me disais que ça allait passer. On a eu des conflits. Je lui ai tourné le dos. Mais je me suis dit que je ne pouvais pas, c’est ma fille. Elle est allée consulter un psychiatre, mais elle a la tête sur ses épaules. Elle est vraiment décidée. Elle ne veut qu’une chose : donner du bonheur autour d’elle avec cet argent, nous acheter une petite maison et avoir un peu d’argent.

Cindy

Sex and money, tu ne réitéreras pas ?

“Non. Je veux le maximum en une nuit.”

Quelle est ta relation avec les hommes ?

“Ça ne fait que trois ans que je suis mince.”

Aucun prince charmant n’a pointé le bout de son nez depuis tout ce temps ?

“Non, je suis butée. J’y pensais déjà quand j’étais grosse, mais j’étais mal dans ma peau et ce n’est pas en étant grosse qu’on va se vendre à un prix exorbitant. Là, j’ai subi cette opération de la poitrine et je me sens beaucoup mieux dans ma peau. Je me dis : Allez, je suis quand même mignonne, je ne suis pas moche, pourquoi pas. Si d’autres le font et ne sont pas très très jolies, pourquoi pas moi ? Je serai la grande première en Belgique.”

Tu en parleras à tes enfants, même si ce sont des filles ?

“D’ici là, la génération aura nettement changé. Qu’est-ce qu’ils ne font pas de nos jours ? Peut-être que j’aurai une gamine qui s’enverra à l’âge de douze ans sur la banquette arrière d’une voiture avec le premier imbécile de boutonneux venu. Sincèrement, je ne vois pas ce qu’il y a de mal. Je sais que c’est choquant parce qu’on se dit : Mon Dieu, l’argent, prostitution,… Mais si maintenant je donnais mille euros à tous les gens qui viennent sonner chez moi, là, je serais peut-être encouragée ! Les gens, ils seront peut-être jaloux, ils vont dire : Pour qui elle se prend, mais je m’en fous.”

Zahia, Paris Hilton, ce sont des modèles pour toi ?

“Non, pas du tout. Elles ont de l’argent. Elles ont déjà fait leur réputation, tant mieux pour elles, mais je ne suis pas une escorte de luxe. C’est vraiment une nuit, ce que j’ai de plus précieux dans ma vie. Si ça peut me permettre de changer radicalement de vie du jour au lendemain, pourquoi pas. Depuis toute petite, j’ai tellement voulu être connue et célèbre et, tu vois, je n’ai pas de talent particulier. Je ne sais pas danser, chanter, ni jouer la comédie, c’est la seule chose qui me différencie des autres à l’heure actuelle, donc je veux vraiment m’en servir.”

100.000 euros, de nos jours, cela ne permet que de s’acheter un appartement…

“100.000 euros minimum ! Je ne suis pas pressée, il n’y a pas de date limite pour enchérir ! Je me bonifie avec l’âge !”

Déçue par le mythe du prince charmant

La virginité, c’est quand même important dans la vie d’une femme ?

“Oui, c’est vrai. On rêve toutes du prince charmant et que notre première fois soit parfaite. Mon prince charmant, je l’ai attendu un bon bout de temps et il n’est jamais venu. Il est peut-être tombé dans son ravin, mais je ne vais pas attendre toute ma vie non plus. Si ça peut se monnayer, pourquoi pas, cela sera une première fois originale et après j’aurai tout le temps de trouver l’homme de ma vie, de peut-être le gâter lui aussi avec mon argent, je ferai le tour du monde et je serai heureuse avec ma famille. Tant qu’elle me soutient, le reste… La société, si je meurs de faim, ce n’est pas elle qui va me donner un bout de pain. Si tu n’as pas d’argent, tu ne montes pas dans le bus. Il ne faut pas croire !”

Publicités