Patriarcat islamique : Quatre ans après, Enzo retrouve enfin sa maman

« L’enfant appartient au mari de la femme comme la pomme au propriétaire du pommier. » – Code Napoléon de 1804
1970 La loi dispose que désormais « les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille » : c’est la fin de la notion de « chef de famille ». L’autorité parentale remplace la puissance paternelle (patria potestas du droit romain). Toutefois, l’autorité parentale est exercée par la mère d’un enfant naturel (conçu hors mariage) même si les deux parents l’ont reconnu.

Ouest France, dimanche 31 mars 2013

Coralie Eugène et son fils Enzo, avant son enlèvement il y a quatre ans.Coralie Eugène et son fils Enzo, avant son enlèvement il y a quatre ans. – Photo d’archive Ouest-France

Après des années sans nouvelles de son fils, Coralie Eugène a retrouvé le bonheur et les bras de son enfant.

Tout le monde attendait Enzo, hier soir à Roissy. Accompagné de sa maman, Coralie Eugène, le petit garçon de 7 ans va revoir sa maison de Tourlaville, quatre ans et demi après en avoir été séparé de force.

Attente insoutenable

Pour sa mère, la parenthèse fut horrible. L’attente insoutenable. En octobre 2005, cette jeune infirmière épouse Oussama Taïbi, étudiant marocain de l’école d’ingénieur de Cherbourg. Enzo naît en février 2006. Mais l’été suivant, le couple bat de l’aile. Les parents se séparent. Enzo reste avec sa mère, le père retourne au Maroc. Il réapparaît deux ans plus tard. Violent, il ne fait pas mystère de sa volonté de récupérer son fils.

Coralie s’y oppose, se réfugie même au commissariat de police avec son fils. Le père réussit à obtenir une pièce d’identité au nom d’Enzo. Le 26 octobre 2008, alors que Coralie et sa mère sont terrées dans un hôtel de Sainte-Mère-Église, l’enfant est enlevé par son père sur un parking et emmené au Maroc.

Perdu sur la plage

Pour Coralie, le calvaire commence. Il durera quatre ans et demi. D’espoirs et de désillusions. Pourtant, la justice agit. Oussama Taïbi est arrêté dans son pays et passera dix mois en prison. Mais nulle trace d’Enzo. Son père prétend qu’il l’a perdu sur une plage, et ne sait pas où il se trouve. En France, les soutiens se multiplient, comme les voyages pour tenter de localiser l’enfant. France 2 s’intéresse même au cas du petit garçon. Avec l’association « Rendez-nous Enzo ! », la pression médiatique monte. En vain.

Implication de Bernard Cazeneuve

Il y a un an, Bernard Cazeneuve, à peine nommé ministre, évoque le cas avec son homologue de la justice au Maroc. Lui non plus ne lâche pas l’affaire. François Hollande lui-même a prévu d’évoquer le sujet avec le roi du Maroc début avril.

Mais la délivrance arrive plus tôt. Un coup de fil de l’ambassadeur jeudi : « Enzo est avec nous » fait bondir de joie Coralie et sa famille. Le temps de prendre l’avion, c’est vendredi à 17 h à Rabat que mère et fils ont enfin pu se serrer dans les bras. Émue aux larmes, Coralie a juste eu ce mot : « C’est formidable. Il m’a appelée maman. »

Thierry DUBILLOT.

Publicités