Le fils du facteur ? Un test ADN précoce pour vérifier – Vers un retour à l’infanticide des bâtards ?

C’est uniquement pour garantir la reconnaissance de paternité que l’esclavage des femmes fut instaurée à travers la répression de toute sexualité hors mariage. Imposer des tests systématiques de paternité provoquerait d’abord une véritable guerre civile (crimes d’honneur, héritages), puis la restauration d’une police des mœurs, du culte de la virginité et de la chasteté.

Un test de paternité dès 3 mois de grossesse

Par Claire Frayssinet, le 25 août 2011 sur Femme Actuelle

Le fils du facteur ?

Un test de paternité dès 3 mois de grossesse

On ne pourra peut-être bientôt plus vous demander si votre enfant est le « fils du facteur » en raison de son manque de ressemblance avec son père à la naissance… Une société américaine vient de commercialiser un test de paternité efficace dès 3 mois de grossesse. Une révolution qui pourrait avoir des conséquences inattendues.

Qui est le père ?

Selon une étude anglaise, 1 père sur 25 n’élèverait pas son enfant biologique. Et, visiblement, tous ne seraient pas au courant…

Une entreprise américaine a flairé le filon et a mis au point un test de paternité utilisable dès 12 semaines de grossesse.

La technique commercialisée par DNA Diagnostic Center serait fiable à 99% et facile à réaliser puisqu’il suffit simplement d’effectuer une prise de sang sur la mère. Le sang de cette dernière contenant des cellules fœtales, il suffit de les isoler et de les comparer à l’ADN du père supposé.

Évidemment, le souci de transparence et la rapidité de résultat (5 jours) a un prix… Il vous en coûtera 1130 euros, sans compter les frais de port pour acheminer le sang vers les laboratoires américains.

Que dit la loi française ?

En France, la loi de bioéthique interdit explicitement les tests de paternité sauf s’il s’agit d’une demande émanant de la justice. Mais cette loi extrêmement stricte entretient une certaine hypocrisie puisqu’on estime que chaque année, 3500 Français effectuent des tests de paternité à l’étranger.

Retour à l’infanticide des bâtards

Dans la Rome antique, le mari avait le droit « d’exposer » un enfant non désiré (bâtards et fillettes) dans une décharge publique où il était dévoré par les chiens errants.

Si les politiques et médecins français ne souhaitent pas autoriser ce type de test, notamment pendant la grossesse, c’est avant tout pour éviter une augmentation soudaine du nombre d’IVG. Le délai légal pour un avortement étant de 12 semaines, on peut effectivement craindre que certaines mères subissent des pressions de la part de leurs compagnons s’ils apprenaient qu’ils ne sont pas le père biologique de l’enfant qu’elles portent…

Publicités