Clash entre un matricien et une féministe de la théorie du genre


Uncas Sachem
14 mai 2013 03:31
Salut guerrière
T’as vraiment pas l’air contente, que se passe t il ?
les hommes ont tant envie de toi que ça ?

A Ma Zone
14 mai 2013 03:38
Hahahaahaha, c’est juste un repoussoir pour la horde d’hommes qui veut des princesses souriantes et gentillettes, je ne pense pas m’entendre avec des hommes qui ont des stéréotypes de genre…

Non t’as pas compris. Mais je viens de lire une partie de la définition du mouvement que tu as crée, donc je pense ne pas devoir prendre des gants pour t’expliquer un concept évident mais que la plupart des hommes ont un mal fou à piger.

Les hommes ici cherchent très souvent des stérotypes « féminins » issus de la société patriarchale, sans être en mesure de comprendre qu’ils ne sont en rien « naturels », mais purement culturels.

Ainsi, de par leur annonce, je me rends compte que la majorité cherche femme « douce, fragile, enfantine, gentille » bref, le protoype parfait de la femme soumise. Alors qu’ils vont eux mêmes se présentent comme « bad boy fort et grincheux, pas commode ». Et bien, je ne vois pas pq je ne pourrais pas faire de même, juste pcq j’ai des chromosomes XX

Moi, j’ai déjà donné, donc je mets des photos qui ne seront trouvées « ‘quelconques » que par ceux qui n’ont pas de problème d’égo vis à vis d’une femme qui n’a pas absorbé les stéréotypes de genre.

Uncas Sachem
14 mai 2013 16:42
Quel rapport entre ces stéréotypes féminins et le patriarcat ?
Qu’est ce que le patriarcat selon toi ?
La maternité, les seins pour allaiter, l’utérus pour enfanter, l’amour et la tendresse maternelle, c’est en général naturel non ?
Pourquoi la féminité, la douceur, la gentillesse seraient mauvaises ? Quel rapport avec la soumission de la femme ? Pourquoi y a t il eut soumission de la femme par le passé ?

Beaucoup de femmes aiment les Bad Boy parce qu’elles se sentent protégées, parce qu’elles n’ont pas autant de muscles que les hommes, parce qu’elles ressentent le besoin de construire leur nid et d’enfanter, instinct animal oblige.

Parce que tu as des chromosomes XX, tu as des seins pour allaiter, un utérus pour enfanter, et des règles qui te rappellent tout ça chaque mois. Il n’y a rien de mal à tout cela, et cela n’a rien à voir avec le patriarcat.

A quoi bon abolir les différences de genre ? Est-ce là la source du patriarcat ? Je en le pense pas.

Mon mouvement propose une toute autre grille d’analyse qui n’a rien à voir avec la théorie du genre. Nous ressuscitons ce qu’on pourrait appeler le « féminisme socialiste » (étude des structures de parenté, pro maternité : Engels + Lafargue + Kollontaï proches de Marx) en totale opposition avec le « féminisme bourgeois » (théorie du genre, anti maternité : Badinter, Simone de Beauvoir…).

Le PATRIarcat n’est pas tant la domination des hommes sur les femmes (androcratie, phallocratie), mais la RECONNAISSANCE DE PATERNITE, ses conséquences et ses garants (« charia » catholique, juive, islamique, hindouiste, papou…).

La maternité est elle la cause de l’esclavage des femmes ? Non, c’est la paternité qui est la cause de l’esclavage des femmes. C’est écrit noir sur blanc dans le Code Napoléon de 1804 (charia à la française), dans la charia islamique, dans l’ancien testament… C’est pour garantir la reconnaissance de paternité, à travers l’institution du mariage, que le sexe de la femme a été contrôlé, acheté, surveillé, mutilé… pour que l’enfant n’appartienne plus à la mère, mais désormais au père (idem dans les textes de lois grecs et romains).

Comment abolir le patriarcat ? En abolissant la paternité, et en proposant une autre organisation familiale, plus centrée sur la mère, ce qu’on appelle le Matriarcat. Au contraire, la séduction et la maternité ont toujours été les armes ultimes des femmes. Ce que les religieux craignent ! (ex : la burka, les bonnes soeurs…). Dans le patriarcat, seules les putains ont le droit de séduire, quand à la maternité, elle n’est pas valorisée puisque la filiation passe par le père, et que la mère n’a aucun droits sur ses propres enfants.

Dès que le sexe hors mariage est légal, et que les femmes ont les mêmes droits que les hommes (ce qui est le cas aujourd’hui), la paternité et le mariage disparaissent : aujourd’hui le patriarcat est bel et bien en voie d’extinction, sauf peut être chez les musulmans.

A Ma Zone
14 mai 2013 17:45

En très bref, le simple fait qu’un homme s’appuie sur des concepts résolument féministes et critiques de la théorie de genre, qui expliquent clairement que l’origine de l’oppression de la femme est due à son rôle primaire de poule pondeuse associé à laa volonté masculine de trasmission des biens inter-générations; pour défendre un « matriarchat », tout en affirmant une « nature » féminine et en justifiant un besoin « naturel » des femmes pour un « homme fort » et pour la « séduction » (!!!); et en réduisant ce qu’on est à nos fonctions reproductives (pour pas changer); qu’on aurait un instinct « naturel » pour enfanter (on est des bêtes de somme!!-et pourtaant la science à nié l’existence d’instincts par A+B) c’est tellement machiste, réac, paternaliste, bourgeois que je ne sais vraiment pas comment on peut gérer une telle dissonnance cognitive sans devenir fou.

Uncas Sachem
15 mai 2013 02:59

La différence de genre n’est pas le problème, ni la maternité, mais la paternité et le mariage. Et justement, dans les sociétés primitives, naturelles, où le mariage et la paternité n’existent pas, comme par hasard, le patriarcat n’existe pas (pas de paternité), et les femmes sont libres, bien que la société soit extrêmement genrée.

A Ma Zone
15 mai 2013 03:04
Un homme qui a grandi et profité des conditions du patriarcat n’a pas à imposer à une femme les conditions de la femme, le patrirchat ni surtout les bases du matriarchat.

Cela me semble d’une mauvaise foi et paternalisme sans limite.

Laisse nous déterminer nos propres conditions et occupe toi d’un truc qui te concerne directement, par pitié, t’es en train de t’ériger en ennemi public nr 1 des femmes avec tes intellectualisations approximatives et ton privilège de mâle évident.

Uncas Sachem
15 mai 2013 03:06
Le patriarcat, c’est la paternité.
Le matriarcat, c’est l’absence de paternité.
Tout autre définition est fausse.

Le patriarcat, c’est la reconnaissance de paternité (filiation paternelle), par l’institution du mariage, garantie par l’interdiction du sexe hors mariage, et donc par la surveillance de la sexualité des femmes (et un peu moins des hommes) : virginité, chasteté, fidélité, par tout un arsenal répressif : voile, fouet, lapidation, excision, prison, couvent… la condamnation des filles-mères et des enfants sans père. T’as qu’à lire la charia islamique, c’est ça le patriarcat. Donc rien à voir avec la féminité et la maternité.

Le matriarcat, c’est la famille sans père ni mari : le lignage se fait par la mère, et c’est l’oncle maternel qui élève les enfants. La vie en couple n’existe pas : ni fidélité, ni possessivité, ni jalousie, la maison est exclusivement composée par la lignée maternelle. La reconnaissance de paternité n’existe pas. Les mères possèdent tout : enfants, maisons, terres, commerces… elles élisent et révoquent les chefs, qui en général restent des hommes (la seule chose qui leur reste). Les femmes détiennent le pouvoir mais ne l’exercent pas. Les hommes exercent le pouvoir mais ne le détiennent pas. C’est donc une société très genrée, qui voue un culte à la maternité et à la féminité, et où les femmes ont beaucoup de pouvoir, grâce à leur maternité, parce que c’est elles qui engendrent les lignées, des familles, des clans, des tribus.

A Ma Zone
15 mai 2013 03:17

Non.

Le patriarcat est de loin, la suprémacie de l’homme sur la femme, en tous points, pour des raisons totalement dénuées de logique, qui fut basée sur le capitalisme et le désir de succession, donc le contrôle de la sexualité féminine, qui s’est étendu à 1001 domaines.

Et tu le prouves en ayant le culot de définir notre réalité et nos priorités.

Le mansplaining ne désigne bien sûr pas seulement un homme qui explique; de nombreux hommes parviennent tous les jours à expliquer des choses sans insulter en quoi que ce soit ceux/celles qui les écoutent.

Le mansplaining, c’est quand un mec vous dit à vous, une femme, comment faire quelque chose que vous savez déjà faire, ou pourquoi vous avez tort tort à propos de quelque chose quand vous avez en fait raison, ou vous parle de « faits » divers et inexacts à propos d’un sujet que vous maîtrisez un milliard de fois mieux que lui.

Des points bonus s’il vous explique que vous avez tort de dire que quelque chose est sexiste!

Pensez aux hommes que vous connaissez. Est-ce que l’un d’eux fait preuve de ce mélange divin de privilège et d’ignorance conduisant à des explications condescendantes, inexactes, délivrées avec la conviction inébranlable qu’il a raison (…) parce qu’il est l’homme dans cette conversation?

Ce mec-là est un mansplainer.

Tu es un mansplainer.

En fait, tu représentes le pire machisme qu’un homme puisse présenter, cad celui d’un homme qui a lu les bons textes mais dont le privilège est si ancré qu’il se permet encore de dicter la conduite et l’essence des femmes.

C’est honteux.

Tu représentes tout ce que les féministes socialistes méprisent. J’ai soumis ton discours à notre groupe et elles avaient toutes (et tous!!!) envie de se tirer une balle.

Tu n’as strictement rien compris à la cause, et nous somme heureuses de vivre sous un patriarcat développé plutôt que ton modèle primitif animal de connerie genrée.

Ton mouvement ne fera pas long feu, tu n’as strictement rien compris.

Mais bonne continuation à toi et mets la capote, par pitié! Aucune femme moderne n’aura envie d’avoir tes gosses sous des con-ditions sexistes pareilles!

ELLE M’A BLOQUE PLUTÔT QUE DE DÉBATTRE…

Publicités