Le Viagra féminin, pilule de l’infidélité, va-t-il bouleverser l’ordre social patriarcal ?

La fidélité dans le mariage, seul garant de la reconnaissance de paternité, est le pilier de toute société fondée sur la filiation paternelle. Tout écart au mariage (fornication, adultère…) est traditionnellement sanctionné. Si le désir des femmes les poussent à multiplier les partenaires sexuels, qui donc garantira la paternité de l’enfant, et le droit des maris à avoir une descendance légitime ?

Trop puissant, le Viagra féminin?

Elise Dubuisson le mardi 4 juin 2013 sur Le Soir

Des tigresses du sexe

Le Lybrido, dont la commercialisation est prévue pour 2016, n’est pas vu d’un bon œil par tous. On accuse l’équivalent féminin du Viagra de rendre les femmes sexuellement agressives et de mettre ainsi en péril la société… Oui, oui rien que ça !

Testostérone & anxiolytiques

Destiné aux femmes atteintes du trouble du désir sexuel hypoactif, le Lybrido ne fonctionne pas sur le même principe que le Viagra. Ce dernier n’agit que sur le plan physiologique en facilitant la circulation sanguine dans le pénis tandis que le Lybrido est une combinaison de sildénafil (le Viagra), de testostérone et de busiprone, un médicament qui réduit temporairement la sérotonine, et donc l’anxiété.

Alors qu’elle ne devrait pas être commercialisée avant 2016, la petite pilule rose fait déjà beaucoup parler d’elle. Le responsable de la polémique : Daniel Bergner, auteur du livre What Do Women Want ? Adventures in the Science of Female Desire, qui paraîtra le mois prochain aux États-Unis.

La pilule de l’infidélité bouleverse l’ordre social

Il y raconte notamment : «  Plusieurs consultants dans le domaine m’ont confié que les laboratoires pharmaceutiques s’inquiétaient de leurs résultats, qui seraient trop bons. Et surtout, que la Food and Drug Administration (FDA) risquait de le rejeter, craignant que les femmes débordent de libido et deviennent des infidèles frénétiques, bouleversant l’ordre de la société ».

Si cette dernière phrase peut paraître de l’ordre de l’absurde, elle est prise très au sérieux par la firme pharmaceutique qui travaille sur le Lybrido. Celle-ci essaierait en effet de limiter son effet. Oserait-on se demander si cette firme a pour but de perfectionner son médicament ou de sauver le monde du chaos…

Publicités