La Liégeoise refuse de suivre son époux au Pakistan: elle est rouée de coups

1938 – L’article 213 du Code Civil de 1804 est réformé et supprime l’incapacité juridique des femmes. La femme mariée n’est plus incapable civile, elle peut avoir une carte d’identité et un passeport. La puissance maritale est supprimée : l’épouse n’est plus tenue au devoir d’obéissance à son mari. Les femmes peuvent s’inscrire à l’université sans l’autorisation de leur mari. Subsistent pour le mari, l’imposition de la résidence, la possibilité d’interdire l’exercice d’une profession, et l’exercice de l’autorité paternelle.

Publié le Lundi 17 Juin 2013 à 12h51 sur La Meuse.be

La police liégeoise a dû intervenir dimanche en fin de journée dans une habitation de Liège pour une scène de violences conjugales. Mohammad Q., âgé de 53 ans, avait porté des coups à son épouse, qui refusait de le suivre au Pakistan.

La police est intervenue dans une habitation située rue Joseph Dejardin, à Liège. Mohammad Q. avait battu son épouse, dont il a eu cinq enfants, parce qu’elle refusait de le suivre au Pakistan, où il souhaite aller s’installer prochainement.

Un parent de Mohammad Q. était déjà intervenu vendredi dernier afin de convaincre l’épouse de partir avec son mari au Pakistan. Comme elle refusait, il avait menacé de la tuer par étranglement.

Une nouvelle scène de violences s’est déroulée dimanche en fin de journée en présence des cinq enfants. Cette fois l’épouse a déposé plainte, réaffirmant ne pas vouloir quitter la Belgique et indiquant que son mari a en réalité cinq épouses, ce qu’il nie.

Mohammad Q. a été déféré lundi au parquet de Liège où il est déjà connu pour avoir été condamné, en novembre 2010, à un an de prison pour des faits de moeurs commis sur des enfants dans une mosquée où il donnait un cours d’instruction religieuse.

Publicités