Emirat de Marseille – une médecin brise l’omerta : certificat de virginité, esclavage conjugal

Le culte de la virginité au mariage est typique du patriarcat. Cette vertu est un scellé biologique qui contribue à attester la paternité de l’enfant à naître. Le dépucelage lors de la nuit, pour tenter immédiatement la procréation d’un fils héritier légitime, est le garant de l’honneur de la famille.

Le Point.fr – Publié le 16/07/2013 à 14:37 – Modifié le 16/07/2013 à 19:22

Installée dans le quartier de la Belle de Mai, une médecin raconte son quotidien, où les exigences de soins se heurtent à une précarité et à un intégrisme galopants.

Photo prise dans le cabinet de Marie.
Photo prise dans le cabinet de Marie. © Armel Mehani

Certificat islamique de virginité

« Jamais je n’aurais imaginé qu’en 2013 je serais séquestrée dans un appartement au milieu d’une dizaine de personnes qui me demandent d’établir un certificat de virginité pour l’une de leurs filles. »

D’un sourire à peine gêné, et malgré le silence que lui impose le secret médical, Marie* distille les anecdotes qui rythment son quotidien de médecin dans l’un des quartiers les plus sensibles de l’Hexagone. Chanté par Renaud, lieu de naissance du sculpteur César et des fines fleurs du banditisme (Francis le Belge en tête), ce quartier du 3e arrondissement de la cité phocéenne s’est abîmé. Il est désormais à l’image des appartements insalubres aux volets désespérément clos qu’il abrite. Tout juste si les façades colorées témoignent de la douceur d’antan, lorsque les bals populaires rythmaient le quotidien d’une forte communauté italienne qui avait fui la Toscane.

Les temps ont changé, « la Belle » aussi. Les petits primeurs ont cédé la place à quelques magasins de téléphonie et à des bars sans âme. Une importante communauté maghrébine et comorienne s’est implantée ces trente dernières années. Une population d’environ 13 000 âmes, livrée à elle-même et qui tente de redonner vie à un quartier tombé à l’abandon depuis la délocalisation des manufactures de tabac au début des années 1990.

« Dans ce quartier, on n’est plus en République »

Il faut arpenter la rue éponyme de ce quartier pour arriver au cabinet de Marie, à l’avant-dernier étage d’un immeuble à la façade fatiguée. Voilà dix ans que cette quadragénaire insatiable enchaîne ses consultations dans ce quartier présenté comme le plus pauvre d’Europe. Depuis quelques mois, elle a repris le cabinet d’un confrère. « Ce fut un concours de circonstances », explique-t-elle. Et d’ajouter, sourire aux lèvres : « En même temps, ça ne se bousculait pas. De moins en moins de médecins veulent s’installer. Alors ici… » 

« le petit paradis » qui fait fuir les médecins

Dans ce quartier où le silence est d’or, cette mère de trois enfants a choisi de briser l’omerta. Pas de noms, ni de photos ni de détails qui peuvent l’identifier : tel est le prix de sa tranquillité. Cela ne l’empêche pas de vouloir dénoncer la décrépitude d’un lieu autrefois appelé « le petit paradis ». Stigmatisé pour son insécurité, la Belle de Mai est d’abord victime d’une misère galopante.

« Le plus difficile, c’est de constater chaque jour la précarité dans laquelle les gens vivent, s’emporte-t-elle. Je pense surtout aux plus jeunes, qui évoluent dans des conditions de pauvreté extrême et qui sont victimes de carences éducationnelles majeures. » Pointant du doigt une « défaillance manifeste des institutions« , elle estime qu’il est urgent de lancer un cri d’alarme.

Les familles réticentes pour se faire aider

« Il n’y a pas de projets pour eux aujourd’hui. Que leur propose-t-on ? Rien, on les condamne d’avance. On ne peut pas s’étonner par la suite que certains prennent le mauvais chemin », souligne cette médecin. À plusieurs reprises, elle explique avoir saisi les services sociaux face aux cas les plus graves. Mais parfois, devant la réticence de quelques familles, elle avoue avoir fait machine arrière. « J’ai envie de rester en vie », lâche-t-elle, avouant ressentir quotidiennement de la peur lors de ses consultations. « Vous savez, dans ce quartier, on n’est plus en République. »

Consultations sous kalach

Depuis son arrivée à la Belle de Mai, Marie apprend à faire avec la violence, souvent verbale, parfois physique.

« Au départ, on vous demande avec insistance des ordonnances et puis un jour cela dérape et on se retrouve face au canon d’une kalachnikov », poursuit-elle. Un épisode d’une rare violence survenu après qu’elle eut refusé de fournir des prescriptions de complaisance.

Certificat virginal de l’honneur familial

« J’ai arrêté les visites à domicile pour des raisons de sécurité. L’épisode du certificat de virginité m’a convaincue », souffle-t-elle. Elle raconte s’être rendue au domicile d’une famille qui l’avait contactée au prétexte qu’une jeune fille était malade.

« Sur place, j’ai compris que les personnes présentes attendaient de moi que je délivre un certificat de virginité pour la future mariée. Sans doute une façon pour eux d’assurer leur honneur », précise-t-elle.

Épouses-esclaves clandestines islamo-maghrébines

Lorsqu’elle n’en est pas la victime, Marie est témoin de cette violence.

« Il m’arrive d’être confrontée à des situations de violences intrafamiliales sordides, touchant des enfants maltraités et des femmes séquestrées », confie-t-elle.

Elle révèle ainsi le cas d’épouses venues directement de pays du Maghreb, ne parlant pas le français, transformées en « esclaves » par leurs maris, qui justifient ce traitement par la religion.

« La plupart d’entre elles ne se confient pas directement. Parfois, elles viennent me voir à l’insu de leurs époux. J’apprends qu’on leur a confisqué leurs passeports et que certaines sont venues en France contre leur volonté », précise-t-elle.

De plus en plus de femmes totalement voilées

Soulignant de nouveau la précarité du quartier, elle assure : « Une telle pauvreté est le terreau idéal à une montée de la radicalisation et des extrémismes. Je suis confrontée de plus en plus à des femmes voilées, parfois intégralement. » Et d’ajouter, dans un éclat de rire : « Enfin, extrémisme, on s’entend. Sous le voile, on voit parfois des dessous en dentelle très sexy. »

La peur de travailler

Face à un tel environnement, Marie ne se voit pas pour autant abdiquer. « J’aime profondément mon métier, et je me sens bien plus utile ici que dans un quartier bourgeois », explique-t-elle. Elle avoue cependant finir ses journées avec soulagement et en commencer certaines avec crainte. « On ne sait jamais ce que l’on va trouver. En venant ici, je ne pensais pas que cela serait si difficile, ni être confrontée à de pareilles souffrances. Mais on ne peut pas résumer ce quartier à sa mauvaise réputation, on garde tous l’espoir que les choses changent et que les envies prennent vie », conclut la médecin. D’ici là, au propre comme au figuré, Marie reste à la Belle de Mai pour y panser les plaies.

* Le prénom a été changé

Publicités