« Les clubs de striptease peuvent sauver votre mariage »… mais pas le mien

Le striptease n’est certes pas de la prostitution, mais toutes les sociétés fondées sur le mariage (patriarcat) ont toujours plus ou moins instauré des exutoires au mariage afin d’assurer sa pérennité: bordels d’État, ou de l’Église, pédérastie, pédophilie… nécessaires pour canaliser la sexualité hors mariage, source d’enfants illégitimes.

« Les clubs de striptease peuvent sauver votre mariage »

Le 6 août 2013 sur 7 sur 7

On peut dire qu’elle a donné de sa personne. Katherine Frank a travaillé six ans comme strip-teaseuse afin d’écrire un livre bien documenté sur les clubs d’effeuilleuses. Sa conclusion est étonnante: les clubs de striptease peuvent réellement sauver des mariages au bord de l’explosion.

Une soupape à la prison du mariage

« Pour les hommes qui se disaient amoureux de leur femme et qui voulaient rester mariés avec elle, ce qui se passait dans les clubs était transgressif et suffisamment réel pour être intéressant mais ça restait encore de l’ordre du fantasme », confie-t-elle à Salon. Cela permet à l’homme de rentrer en quelque sorte déchargé de ce fantasme et prêt à pour la routine familiale.

Auteur du livre « G-Strings and sympathy: Strip club regulars and male desire », qui traite de la relation entre les strip-teaseuses et leurs clients, Katherine affirme aussi que les hommes aiment toutes les formes de corps, pas seulement les ultra minces à grosses poitrines. « J’ai eu des expériences très positives. J’ai appris que les hommes ont une perception de la beauté des corps plus variée que ce que beaucoup de femmes pensent. Dans les clubs, vous verrez une plus grande variété de formes et de tailles que vous n’en voyez dans un Cosmopolitan ou un Maxim. »

Mais pas pour son propre mari

Reste que Katherine ne voudrait pas que son mari se rende régulièrement dans les clubs de strip. « Honnêtement, ça coûte trop d’argent et nous n’avons pas le revenu nécessaire à consacrer à ce genre de divertissement. Et même si nous l’avions, je voudrais que ça soit équitable. Malheureusement, il n’y a pas encore d’endroits où les femmes peuvent payer des hommes pour se déshabiller. Ça arrivera peut-être… »

Publicités