Iran : une candidate gagnante est disqualifiée car trop belle, source de tentation

La beauté est un péché qui pousse à la tentation des rapports sexuels illicites, hors mariage, source d’enfants illégitimes, sans père légal, pilier du patriarcat.
Iran une femme jugee trop belle pour la politique
© Afiche de campagne

« Nous ne voulons pas d’une mannequin au conseil municipal. »

Cette phrase, prononcée par un élu de Qazvin (dans le nord du pays), est censée justifier l’éviction de Nina Siahkali Moradi. Elue le 14 juin dernier pour siéger au conseil municipal de la ville, la jeune femme de 27 ans a été disqualifiée deux semaines après, par un comité de contrôle des élections.

Pour cette instance,  la candidate ne « respectait pas les codes de la République islamique ». Sur ses affiches de campagne, elle apparaissait pourtant le visage recouvert d’un hijab traditionnel.

« Près de 10 000 personnes ont voté pour moi. Je devrais donc être la première membre suppléante du conseil municipal », a dénoncé Nina Siahkali Moradi dans les médias locaux. Selon le « Times », la jeune femme est arrivée 14ème sur 163 candidats.

Publicités