« La femme est le piège de Satan » : l’Assemblée des juristes musulmans d’Amérique (AMJA) pour la charia

La beauté est un péché mortel qui mène à la fornication (sexe hors mariage) source d’enfant sans père légal.

Brutales fatwas contre les femmes par l’Assemblée des juristes musulmans d’Amérique

Source : WND, 8 mars 2010 Traduction d’extraits sur Poste de veille

Les femmes infidèles qui songent à se convertir à l’islam feraient bien d’y penser à deux fois : l’Assemblée des juristes musulmans d’Amérique (AMJA), considérée comme l’une des  autorités islamiques les plus respectées en Amérique du Nord (source), publie sur son site des fatwas d’une misogynie à couper le souffle.

La liste des interdits a été publiée sur le site WND, sans hyperliens vers les fatwas en question. Je les ai repérées sur le site de l’AMJA en utilisant le moteur de recherche interne, mais il y en a quelques-unes dont je n’ai pas retrouvé la source.
Les fatwas de l’AMJA s’adressent aux musulmans vivant en Amérique du Nord et démontrent une obsession du micro-management de tous les aspects de leur vie.  À l’automne 2009, ces « savants » ont tenu leur assemblée annuelle à Montréal : cliquer ici pour le compte rendu de leurs décisions.

AMJA

Voici une liste de choses qui sont interdites aux femmes musulmanes vivant en Amérique, selon les fatwas de l’AMJA :

  • faire pousser leurs ongles et porter du vernis à ongles (sauf le henna)
  • épiler leurs sourcils (tentation sexuelle)
  • montrer leurs cheveux en public (tentation sexuelle)
  • porter des jeans en public (tentation sexuelle)
  • manipuler le coran ou prier à la mosquée pendant leurs menstruations (symbole du matriarcat)
  • voyager sans être escortées par un membre masculin de leur famille (sous tutelle)
  • résister aux avances sexuelles de leur mari en dehors de la période menstruelle (devoir conjugale = esclave sexuelle)
  • prier aux côtés des hommes dans une mosquée ou à proximité de la partie avant de la salle de prière (tentation sexuelle)
  • nager ou prendre un bain de soleil en maillot de bain, même dans une zone réservée aux femmes (tentation sexuelle)
  • la contraception par voie chirurgicale, comme la ligature des trompes (l’épouse est une mère-porteuse à l’usage exclusif de son mari)
  • briguer une charge publique (pour ne pas changer la société)
  • afficher des photos d’elles-mêmes sur Facebook ou MySpace (tentation sexuelle)

Selon l’AMJA, « La femme est le piège de Satan. »

L’AMJA préconise l’application des peines prévues en vertu de la charia, y compris la flagellation des femmes qui ont des rapports sexuels avant le mariage (zina) et la lapidation des femmes adultères.

Pour sauver le mariage et son but : la paternité

Les savants de l’AMJA déclarent : « Nous insistons sur le fait que de nos jours, la solution à ces maux réside dans l’application de la charia et l’imposition, par les dirigeants, des peines décrétées par Allah, le Tout Puissant et le Majestueux (hudood), car l’application, dans un pays, de l’une des peines du hudood apporte un plus grand bienfait au peuple que s’il devait pleuvoir tous les matins pendant 40 ans. »

Publicités