Anti-circoncision : Israël dénonce l’antisémitisme du Conseil de l’Europe

« Le véritable but, c’est la douleur corporelle à infliger à ce membre …. Car, si, dès la naissance on fait saigner ce membre en lui ôtant sa couverture, il sera indubitablement affaibli. » – Moïse ben Maïmon – Guide des Égarés – Volume III Chapitre 39

Origine de la circoncision, de l’excision et des sacrifices d’enfants : culte du sang et changement de filiation

Circoncision : Israël dénonce le «racisme» du Conseil de l’Europe

Par Cyrille Louis, Publié le 04/10/2013 sur Le Figaro

Israël a condamné une résolution définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l’islam, comme une «violation de l’intégrité physique».
Des chirurgiens (image d'illustration)

Correspondant à Jérusalem

Des risques potentiels pour la santé physique et mentale des enfants

Le gouvernement israélien n’a pas mâché ses mots pour condamner, vendredi, la résolution adoptée trois jours plus tôt par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Ce texte, qui établit un parallèle entre la circoncision et les mutilations génitales féminines, recommande aux États «de sensibiliser davantage leurs populations aux risques potentiels que peuvent présenter certaines de ces pratiques pour la santé physique et mentale des enfants». Une démarche qui, aux yeux du porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, constitue «une tache morale» et «encourage la haine et les tendances racistes de l’Europe».

« Toute comparaison de la circoncision à la pratique condamnable et barbare des mutilations génitales féminines est au mieux le signe d’une ignorance consternante.» Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor

«L’une des plus sévères atteintes à la vie juive en Europe depuis l’Holocauste»

Cette controverse intervient un an environ après celle suscitée, en Allemagne, par la décision d’un tribunal de Cologne qui avait mis la circoncision hors la loi, suscitant une levée de boucliers parmi les rabbins orthodoxes ainsi qu’au sein de la classe politique. Le rabbi Goldschmidt avait à l’époque dénoncé «l’une des plus sévères atteintes à la vie juive en Europe depuis l’Holocauste», tandis qu’Angela Merkel avait déclaré: «Je ne veux pas que l’Allemagne soit le seul pays au monde dans lequel les juifs ne peuvent pas pratiquer leurs rites».

Israël demande le retrait immédiat du texte

La résolution de l’APCE, basée sur un rapport rédigé par la députée allemande (sociale-démocrate) Marlene Rupprecht, préconise l’ouverture d’un débat public sur les «opérations et interventions sans justification médicale» pratiquées sur des enfants. Elle demande en outre aux États «d’adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines interventions et pratiques ne soient pas réalisées avant qu’un enfant soit en âge d’être consulté».

«les bienfaits de la circoncision néonatale»

À l’appui de la résolution, la députée Marlene Rupprecht cite l’avis de plusieurs spécialistes qui attestent des «risques potentiels» de la circoncision «pour la santé physique et mentale des enfants». Le gouvernement israélien, au contraire, se réfère à une étude de l’ American Academy of Pediatrics démontrant, selon lui, «les bienfaits de la circoncision néonatale».

Jugeant le texte «intolérable», le gouvernement israélien en a réclamé vendredi le retrait immédiat. «Toute comparaison de la circoncision à la pratique condamnable et barbare des mutilations génitales féminines est au mieux le signe d’une ignorance consternante, s’insurge le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yigal Palmor. Au pire, c’est de la diffamation et de la haine antireligieuse».

Publicités