Miss Monde anti-avortement et anti-contraception avoue que c’est contre le sexe hors mariage

Les catholiques affirment s’opposer à l’avortement par respect de la vie. Mais qu’en avaient-ils à faire de la vie des enfants qu’ils condamnaient par le passé lorsqu’ils étaient conçus hors mariage ? Ces « bâtards » étaient bannis de la société, devenaient esclaves, mendiants, voleurs, prostituées, chair à canon, ou au mieux, étaient récupérés par l’Église pour en faire des prêtres. Ces mêmes enfants que l’Église condamnait, cette même Église les récupérait dans des hospices pour « enfants trouvés » dans des conditions de survie déplorables. Mais au moins cette miss monde de nationalité philippine est honnête. Si les catholiques s’opposent à la contraception, ce n’est pas par respect de la vie, mais uniquement pour condamner toute sexualité hors mariage, qui remet en cause la reconnaissance de paternité et le droit des pères, fondement du patriarcat. De même, toute opposition au contrôle des naissances n’a pour seul but que d’avoir une main-d’œuvre servile pour les besoin de l’État.

Lire Abandon des enfants, symptôme du patriarcat : enfants trouvés, sans père, bâtards illégitimes, nés hors mariage, ou par misère…

Miss Monde est contre l’avortement et la contraception

Miss Monde est contre l avortement et la contraception
Norine Raja

Écrit par : @Noriineeee [ Tous ses articles ]

Miss Monde est une conservatrice. Dans une interview accordée à la chaîne indonésienne ANC, Megan Lynne Young a affirmé qu’elle était « pro-vie ». « Je suis contre l’avortement », a indiqué la jeune femme de 23 ans, précisant qu’elle s’opposait à ce qu’« on tue » un être vivant.

Anti-contraception : le sexe c’est pour le mariage

La reine de beauté philippino-américaine a une opinion bien tranchée sur d’autres sujets. Elle affirme aussi être contre la contraception car « le sexe, c’est pour le mariage ». Elle n’est également pas en faveur du divorce. « Je pense que si on se marie à quelqu’un, cela devrait être pour toujours », a-t-elle ajouté.

Contre la contraception d’une surpopulation pauvre

Durant cet entretien, Megan Lynne Young a affirmé en filigrane son opposition à la loi de contrôle des naissances qui a suscité la polémique aux Philippines. Votée le 21 décembre 2012, celle-ci devait autoriser l’accès gratuit à la contraception et au planning familial. Une façon de réduire le taux de natalité des plus pauvres. Autre mesure du texte : la mise en place de cours d’éducation sexuelle pour les jeunes entre 10 et 19 ans. Mais la loi a été suspendue en mars dernier, et cela pour une durée indéterminée, suite à une saisine des responsables nationaux de l’Eglise catholique.

Publicités