Fatwa saoudienne : A mort les pro-mixité ! Tunisie : un médecin refuse une femme qui garde le voile

La mixité entre hommes et femmes est la porte ouverte à la séduction, au désir sexuel, et donc à la sexualité hors mariage source d’enfants sans pères reconnus. C’est donc la fin du patriarcat. C’est pourquoi dans toute société patriarcale traditionnelle, les sexes sont séparés afin de prévenir fornication, adultère, et familles sans père (matriarcat). Le voile fait évidemment parti de ces mesures, et n’a absolument rien à voir avec une pratique spirituelle.

Fatwa saoudienne : « Les partisans de la mixité sont des infidèles et doivent être mis à mort »

Un religieux saoudien s’insurge contre la mixité

L’un des dignitaires religieux les plus influents d’Arabie saoudite a lancé mardi une fatwa demandant la mise à mort de tous les partisans de la mixité au sein du royaume, si jamais ceux-ci ne changeaient pas d’opinion. Dans sa fatwa, Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak explique que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire « prônée par les modernistes » est strictement proscrite car elle permet « de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit ». « Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia (loi islamique, ndlr) », dit l’édit religieux.

Source : Le JDD.fr, 23 février 2010

Tunisie : Un médecin refuse d’examiner une niqabée qui n’a pas voulu dévoiler son visage

L’exemple nous vient de la Tunisie!

Un médecin généraliste a refusé d’examiner une femme portant le niqab parce que cette dernière à refusé de dévoiler son visage lors d’une consultation.

Venue se faire ausculter, une femme, entièrement voilée n’a pas daigné montrer son visage alors qu’en temps normal, un médecin demande à ses patients de se dévêtir. Face à ce refus et à l’insistance de sa patiente, le docteur l’a sommé de quitter son cabinet.

Contacté par Webdo, le généraliste, voulant garder l’anonymat, a avoué que c’était la deuxième fois qu’il refusait une consultation de ce genre. Il a justifié son acte, estimant d’abord que pour des raisons médico-légales, il ne pouvait examiner et consulter un patient sans voir son visage.

«Il faut que je sache à qui j’ai affaire. Je délivre une ordonnance qui m’engage avec la patiente et la carte d’identité, le nom et l’âge ne suffisent pas. J’ai également une certaine responsabilité vis-à-vis des assurances, etc…».

«Qui me dit que ce n’est pas une arnaque, qu’on ne vient pas obtenir un certificat médical, une ordonnance, pour une autre personne ?!»

La deuxième raison de son refus est d’ordre strictement médical, explique-t-il.

«On n’examine pas seulement le corps lorsqu’on ausculte un malade, mais aussi les expressions du visage qui permettent de déceler des états».

Cela fait partie de la relation qui existe entre le médecin et son patient, précise-t-il.

«Si une patiente refuse de se dévêtir, je peux refuser de l’examiner, mais dans ce cas précis j’ai refusé d’examiner quelqu’un qui n’a pas accepté de dévoiler son visage ! Car c’est quand même paradoxal de voir qu’une femme refuse de montrer son visage et était prête à se dévêtir pour un examen médical !»

Le message posté sur la page Facebook du médecin:

Tunisie-medecin-fBSource : Webdo.tr, 19 novembre 2013

Publicités