Frumka : la burqa juive, pour prévenir toute sexualité hors mariage source d’enfants illégitimes

Toute sexualité hors mariage peut engendrer des enfants non reconnus par leur père, des bâtards illégitimes. C’est pourquoi dans toute société patriarcale traditionnelle, la sexualité hors mariage est interdite et durement réprimée. Hors, la beauté et la séduction visuelle sont la première source de désir sexuel. C’est pour cela qu’il faut cacher la femme, afin qu’elle ne soit pas une tentation. La beauté, la séduction et la libre sexualité sont réservées aux prostituées, contrepartie indissociable du mariage pour sa pérennité.

VOUS N’ÊTES PAS DANS LES RUES DE L’ARABIE SAOUDITE … VOUS ÊTES À TEL-AVIV !

Le 20 novembre 2013 sur Réseau International

5b5547c7e23ec8608e84440c6ffd0ed9_LLa « frumka » est une tenue vestimentaire adoptée ou imposée à certaines femmes juives par des groupes ultra-orthodoxes regroupé sous le terme de « Haredim ». Elles ont l’obligation de porter un voile et un large manteau masquant tout leur corps et sont interdites de maquillage ainsi que de téléphone cellulaire… en public. Ceci afin de préserver le statut et le respect des femmes pour elles-mêmes en application des enseignements de la religion juive, qui appelle au respect de la moralité et à la décence…

556955_512574998781257_486484668_nUn journaliste du nom d’Isaac Tessler aurait considéré – dans les pages du journal israélien Ma’ariv – que ce groupe correspondrait à la naissance d’un régime taliban en Israël !!! Cette « frumka » est très proche sinon identique à la « burka » saoudienne !

Tiré du texte de Par Amal Taleb

1347138503302_burqawomenmorocco

911299276

Les juifs observent depuis quelque temps un nouveau phénomène chez certaines femmes appartenant au courant ultra-orthodoxe. Si d’aucuns n’hésite pas à parler de burqa juive, il faut préciser que la frumka est une version assez particulière du voile intégral musulman, puisqu’elle se décline, tenez-vous bien, de la sorte : la frumka, c’est sept voiles, dix jupes et des gants. Avouez qu’en la matière on est loin de la modération islamique.

Au Kotel (Mur des Lamentations) à Jérusalem, les sexes sont séparés afin d’éviter toute promiscuité sexuelle hors mariage, source d’enfants illégitimes.

Advertisements