Trierweiler recalée au Vatican doit respecter l’institution du mariage qui définit la paternité

Dans toute société patriarcale traditionnelle, c’est le mariage et non l’ADN qui définit la reconnaissance de paternité. Tout écart doit-être sévèrement réprimé, car remettant en cause l’ordre social du droit des pères. Le concubinage est assimilé à de la prostitution, et les enfants naturels qui en découlent, des bâtards illégitimes qui ne peuvent avoir de père légal.

Valérie Trierweiler ne sera pas du voyage présidentiel au Vatican

Par Marie-Amélie Lombard, publié le 09/01/2014 à 17:33 sur Le Figaro

«Il n'était pas prévu que Valérie Trierweiler fasse partie du déplacement» de François Hollande au Vatican, assure-t-on à l'Élysée.

La compagne de François Hollande, qui n’est pas mariée au chef de l’État, ne l’accompagnera pas au Vatican, fin janvier. L’Élysée dément tout blocage de la part du Saint-Siège.

Le Patriarcat Catholique et le premier président concubin

Valérie Trierweiler serait-elle persona grata au Vatican? «La question ne se pose pas, répond-on en substance à l’Élysée, car il n’est pas prévu qu’elle fasse partie du déplacement» que doit effectuer François Hollande le 24 janvier. Lorsque la situation, inédite, d’un couple non marié à l’Élysée s’était présentée après la présidentielle de 2012, plusieurs commentateurs estimaient qu’elle ne poserait pas de difficultés protocolaires majeures sauf… au Vatican.

Non mariée ? Qui est donc le père ?

À l’époque, on envisageait difficilement Benoît XVI accordant une audience au président français et à sa compagne. Certains spécialistes avaient d’ailleurs en mémoire les préparatifs de la visite de Jacques Chirac en 1996. Le nonce apostolique s’était alors enquis de savoir qui était le père de l’enfant que portait la fille du président et Claude Chirac avait dû renoncer à faire partie de la délégation. Plus récemment, lors des deux visites au Saint-Siège qu’il a effectuées durant son quinquennat, Nicolas Sarkozy n’était pas accompagné de Carla Bruni. La première fois, le couple n’était pas encore marié. Officiellement, cependant, aucune règle protocolaire écrite n’existe au Vatican. Et personne ne se risque à imaginer quelle pourrait être l’attitude du pape François en la matière.

Le puritanisme des années 60 ?

«Fin janvier, il s’agit d’une visite de “prise de contact”. Le Pape aime ces rencontres techniques», indique une source proche du Vatican. «Ce sera un déplacement bref. Des sujets comme la Syrie y seront abordés», complète-t-on du côté de l’Élysée. Façon de dire que Valérie Trierweiler n’y aurait pas sa place? «Il n’y a pas de règle. Mme Trierweiler n’était pas là lors de cinq déplacements récents mais elle s’est rendue en Afrique du Sud pour les cérémonies en hommage à Nelson Mandela et en Israël», explique encore l’Élysée. Jusqu’à présent, le statut non marital du couple présidentiel n’a «jamais posé de problème, quel que soit le pays hôte», y compris dans une monarchie du Golfe rigoriste comme l’Arabie saoudite en décembre dernier. «On n’est plus dans les années soixante!», s’amuse-t-on encore à la présidence, en référence à l’époque où le couple de Gaulle était très à cheval sur les principes.

Publicités