Théorie du genre : un lait maternel différent selon les sexes, pour des rôles sexués différents

Les études de genre affirment qu’au delà du sexe biologique, le rôle social des sexes, ou genre, est acquis par une éducation genrée (machiste), et non inné, et serait à l’origine de l’oppression des femmes (sexisme). Les dernières découvertes scientifiques sur le lait maternel démontrent au contraire que les mères produisent un lait adapté aux fonctions sociales futures de l’enfant. Le genre ne serait donc pas acquis, mais inné.

Le lait maternel : différent selon le sexe de l’enfant

LE SAMEDI 15 FÉVRIER 2014 À 17:00 mis à jour à 17:20

Par Garance PardigonRédaction de France Info

Allaitement au sein maternel: mieux que le biberon © Maxppp

Du lait pour les filles, du lait pour les garçons

Des études ont montré une composition et une quantité différentes du lait maternel, selon que la mère donne naissance à un garçon ou une fille. C’est le résultat d’un rapport publié par l’université américaine de Harvard. Plusieurs théories sont avancées pour expliquer ce phénomène, qui intéresse les hôpitaux et les fabricants de lait pour enfants.

A sexe différent, des recettes de lait maternel distinctes

C’est ce qui ressort d’une étude publiée vendredi par des chercheurs et des biologistes de l’université de Harvard. Les résultats viennent de mesures effectuées sur des mammifères et des humains. Le constat ne répond pas à toutes les interrogations : les scientifiques ne savent pas pourquoi  le lait est « personnalisé » selon l’enfant.  Les réponses pourraient notamment influencer les formules de lait pour enfant, destiné aux mamans qui ne peuvent pas ou ne veulent pas allaiter.

Des études sur les macaques

Les femelles macaques produisent du lait plus riche en graisse pour les petits mâles. Elles en produisent en plus grande quantité et avec davantage de calcium pour les progénitures femelles. Ces variétés de composition seraient intimement liées à l’organisation sociale au sein du clan. Les mâles passent leur temps à jouer, ils tètent moins longtemps mais ils ont besoin d’un lait énergétique. Alors que pour les petites femelles, l’objectif est d’accélérer le développement de leur système reproducteur.

L’explication recherchée pour les humains

On observe les mêmes résultats chez les humains, sans toutefois trouver une théorie certifiée. Selon la scientifique à l’origine de l’étude, Katie Hinde, biologiste de l’Université de Harvard, « on ne sait pas vraiment encore pourquoi chez les humains, les mères produisent des laits différents pour leurs nourrissons selon leur sexe« . Il y aurait toutefois des indications montrant que tout est déjà programmé quand le bébé est encore dans le ventre de sa mère. Des recherches complémentaires sont lancées.

L’intérêt des recherches

Selon la biologiste Katie Hinde, l’étude menée à l’Université de Harvard et les recherches complémentaires pourraient aider les hôpitaux à mieux nourrir les enfants malades ou prématurés. La compréhension des variétés de lait maternel et l’impact sur le développement des enfants permettraient aussi d’améliorer les formules de lait qui leur sont destinés. Louis-Marie Houdebine, biologiste du développement et de la reproduction et ancien directeur de l’Institut national de la recherche agronomique estime qu’ « au-delà de l’apport nutritionnel, on pourrait faire des laits mieux adaptés ». Louis-Marie Houdebine est le co-auteur du livre Biologie de la lactationavec Jack Martinet aux Editions Quae.

Par Garance PardigonRédaction de France Info

Publicités