Patriarcat Rom (Belgique) : 2 couples condamnés pour avoir forcé leurs enfants à se marier

Les roms sont représentatifs des dures traditions patriarcales indo-aryennes, qui n’ont plus leur place dans la France de 2014. Les enfants sont mariés de force, dès leur puberté, afin de prévenir toute sexualité hors mariage, source d’enfants illégitimes. Ces mariages de mineurs sont évidemment interdits par la loi française : seul le mariage religieux est contracté, sans mariage civil, ce qui est formellement interdit en France. Les roms pratiquent encore la tradition de la dot, où l’épouse est une esclave-prostituée en CDI, dont la virginité est marchandée et vérifiée, à prix d’or. Lire Patriarcat Rom : mariage forcé d’enfants consanguins, dot, virginité, impureté de la mère

Mariage à 13 ans pour légitimer des relations sexuelles

Le jeudi 30 janvier 2014 sur RTBF

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné jeudi à cinq ans de prison avec sursis partiel deux couples Rom, poursuivis pour avoir forcé leurs enfants, âgés de 13 ans, à contracter un mariage afin qu’ils puissent avoir des relations sexuelles comme le veut la tradition Rom.

Les maris d’avantage punis que les épouses

Le tribunal a accordé un sursis pour moitié pour les femmes et pour un tiers pour les maris portant ainsi les condamnations fermes à respectivement 30 et 40 mois. L’arrestation immédiate, demandée à l’encontre des mères, n’a pas été ordonnée.

Quel âge a-t-elle réellement ?

Le tribunal a déclaré les préventions de traites des êtres humains, viol, attentats à la pudeur mais également incitation et exploitation de la débauche établies mais a cependant estimé, sur base d’un rapport d’expertise médical osseux, que l’adolescente forcée à se marier était âgée de 15 ans.

Mariage religieux sans mariage civil

Durant l’instruction d’audience, les deux couples avaient minimisé voire nié les préventions mises à leur charge. Les parents du jeune homme avaient même feint qu’une cérémonie, selon la culture de la communauté, avait été organisée.

Négociation de la dot

L’audition du père de la jeune fille, âgée de 13 ans selon le dossier, avait permis d’éclairer le tribunal. Le Verviétois avait expliqué que les deux familles s’étaient mises d’accord sur le prix que devraient débourser les parents du jeune homme pour entretenir avec elle des relations sexuelles, comme le veut leur tradition.

5000 € la virginité

Ce prix avait été finalement fixé à 5000 euros. Une cérémonie s’en était suivie et les jeunes époux avaient entretenu des relations sexuelles qui avaient permis de confirmer que la mariée était vierge. Elle a ensuite dû vivre chez les parents de son mari où elle devait participer aux tâches de la maison.

Belga

Publicités