IDF – 60% des naissances issues de l’immigration : l’islam sauve-t-il la démographie française ?

Quand émancipation des femmes et mariage ne font pas bon ménage. Divorces, familles monoparentales, filles-mères, célibat, chute démographique… En occident, la libération des femmes a tué la religion. Devons-nous revenir sur le droit des femmes pour sauver la famille telle que nous la connaissons ? Ou devons-nous préserver les libertés acquises par les femmes, mais envisager un nouveau modèle familial ? Si nous n’arrivons pas à relancer la démographie autochtone, c’est la démographie islamique qui prendra le relais ! Femmes, vous voulez un mariage stable et fécond ? Faites comme Diam’s ! Convertissez-vous à l’islam, et mettez vous sous la tutelle de votre mari, propriétaire exclusif de vos enfants.

Drépanocytose : La maladie génétique qui permet de chiffrer l’ampleur de l’immigration (rediff)

Publié le 20 avril 2013 par  sur Fdesouche

Mise à jour : L’étude proposée aujourd’hui a été publiée en juillet 2012 et est basée (notamment la carte) sur les chiffres de 2010.

La carte ci-dessous a été publiée par l’INVS (Institut de Veille Sanitaire), établissement public français rattaché au ministère de la Santé. Elle montre le pourcentage de naissances en France concernées par le risque de drépanocytose, une affection qui concerne quasi-exclusivement les populations extra-européennes (et principalement « originaires des Antilles, d’Afrique noire mais aussi d’Afrique du Nord.» (1) . [voir tous les critères de dépistage]

60% des naissances en Île-de-France

En Ile-de-France en 2010, par exemple, 60% des naissances auraient nécessité un dépistage ou étaient considérées à risque. Ces chiffres permettent d’affirmer que 60% des naissances en Ile-de-France en 2010 sont issues de populations extra-européennes**.

54% des naissances en Île-de-France en 2005

En comparaison, la carte de 2005 fait état d’un chiffre de 54%. Les chiffres des autres régions parlent d’eux-mêmes.

Cette étude fournit – partiellement – quelques chiffres fondamentaux de ces fameuses « statistiques ethniques » toujours interdites en France. Ils permettent d’appréhender dans toute son ampleur la réalité de la substitution démographique actuellement en cours.

(**) Dans plusieurs pays ou régions d’Europe (Sud de l’Italie, Grèce, Sud du Portugal, Albanie, Sud de la Turquie), la drépanocytose est indigène avec des fréquences de porteurs du trait entre 1 et 5 % de la population. Dans d’autres pays européens (Royaume-Uni, France, Belgique, Allemagne) la maladie est apparue avec les flux migratoires en provenance d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie.) Source Wikipedia

————-
Sources : INVS – Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°27 – Télécharger l’étude en PDF –(Merci à Francis)
————-
>> Ci-dessous, tout le dossier précédent (avec la carte des chiffres 2005):

Nouvelle France, nouvelles maladies

Logiquement, « Le dépistage de la drépanocytose en métropole a pour particularité de n’être pas systématique, il est effectué chez les nouveau-nés dont les parents appartiennent à un groupe à risque pour cette maladie (essentiellement Afrique, Antilles et Maghreb). »

En voyant cette carte des naissances à risque parue dans une revue scientifique pédiatrique (mt pédiatrie, vol. 11, n° 1, janvier-février 2008), vous comprendrez mieux pourquoi, en France, les recensements  ethniques sont interdits.

Le document :

Depistage Neonatal Drepanocytose

Publicités