Matriarcat patrilocal Koulango (Côte d’Ivoire) : une justice tribale pour maintenir la paix

Les Koulangos constituent un peuple du nord-est de la Côte d’Ivoire, autour des villes de Bouna et de Bondoukou et notamment dans le Parc national de la Comoé. Ils étaient appelés « Pakhallas » par les Dioulas et souvent désignés ainsi par les premiers colonisateurs.

Les Koulango sont organisés en lignages matrilinéaires bin, unis par des mariages patrilocaux. Ce trait paraît bien ancien et il est commun à beaucoup de peuples voltaïques, mais il a été marqué à Bouna par la dynastie d’origine dagomba qui a importé un système de succession patrilinéaire.

Ces grands lignages matrilinéaires patrilocaux sont regroupés en quelques grands clans tyar, balo… Ces clans, dispersés dans l’espace, sont divisés en moitiés rituellement opposées. En l’absence de villages, l’unité politique est le lignage, bien que quelques lignages, voisins ou apparentés, aient mis au point des procédures d’arbitrage pour régler leurs différends, au lieu du recours aux armes qui leur est habituel. Le seul élément de paix sociale était la neutralité des marchés, toujours situés dans des lieux déserts.

Publicités