Matriarcat Nubien (Soudan) : les reines noires de Koush face à l’empire romain

La grande civilisation de Méroé au sud de l’Égypte, s’étendait au sud de la cataracte du Nil en Nubie (Soudan). à partir de -300 avant JC et jusqu’au au 2e siècle de notre ère, il y avait beaucoup de femmes leaders, tant que l’on croyait qu’il n’y avait pas de dirigeants masculins du tout. Le troisième grand règne est celui reine Bartare 284 à 275 avant notre ère, dont le tombeau en forme de pyramide a été trouvé. Le royaume de Koush est l’appellation que les égyptiens antiques donnèrent au royaume qui s’établit au sud de leur pays dès l’Ancien Empire égyptien. Ce royaume eut une longévité peu commune et trouve ses origines dans les cultures néolithiques qui se développèrent dans le couloir nilotique du Soudan actuel et de la Nubie égyptienne.

Un royaume de femmes de sept siècles

Les reines noires ou candaces (sœurs), ont régné durant sept siècles, à partir du IIIe siècle av. J-C. Au centre de la famille, les femmes possédaient les biens et choisissaient leur époux. Elles régnaient sur le foyer et le troupeau, les hommes étant chargés des travaux pénibles. Les reines noires ont vécu en paix avec les pharaons. Les deux pays ont entretenu des relations  diplomatiques et commerciales, jusqu’à ce que l’Égypte décide d’annexer la Nubie qui se défendit avec une force et une volonté qui surprit les assaillants.

Une société matrilinéaire et avunculaire

Le voyageur Ibn Batouta nous raconte son étonnement lors de son voyage au Soudan en ces termes: « Ils (les Nègres) se nomment d’après leur oncle maternel et non d’après leur père; ce ne sont pas les fils qui héritent des pères, mais bien les neveux, fils de la sœur du père. Je n’ai jamais rencontré ce dernier autre part, excepté chez les infidèles de Malabar dans l’Inde. »

Lire Matriarcat Nair (Inde) : la caste guerrière du dieu-serpent fertile, compagnon de la déesse-mère

En Nubie (nord du Soudan et sud de l’Égypte) se développèrent des civilisations berbères (gerzéens) et noires d’influence culturelle égyptienne entre -3100 et +350 : Koush, Napata, Méroé… À Méroé, la succession était faite par la lignée des pères à celles des fils, mais aussi des neveux. Les divines adoratrices se succédaient de tante à nièce. Comme chez les égyptiens, sur les stèles funéraires Méroïtiques, le nom de la mère du défunt est mentionné avant celui du père. Au royaume de Kouch, donc, la succession au trône était matrilinéaire. C’est-à-dire qu’en règle générale, les rois ne transmettaient pas le trône à leurs propres fils mais plutôt aux fils de leurs sœurs. Dans le récit de son couronnement, le roi kouchite Espelta (593-568 avant notre ère) fait mention de ses ancêtres maternels sur sept générations (Stèle Caire JE 48866).

Les reines guerrières nubiennes

Une des plus grandes reines guerrieres de l’Antiquité etait Majaji, qui dirigait le groupe ethnique des Lovedu qui faisait partie de l’Empire Kushite pendant les longs siecles ou les Kushites etaient en guerre contre Rome. L’Empire cessa d’exister en 350 AD quand Méroé, le centre de pouvoir de Kush, tomba après les nombreux assaults des Romains. Armée d’un bouclier et d’une lance, Majaji commendait ses guerriers dans des batailles. Elle serait  tombée dans la cite de Méroé qu’elle a défendu jusqu’à la mort.

L’empereur Auguste tenu en échec par une femme

La reine Candace qui gouverna aussi ce pays, fut reconnue pour sa bravoure et son courage face aux armées de César Auguste. C’est pour cela que les reines qui ont régné après elle, ont tenu à garder le nom de Candace en souvenir de cet acte glorieux. « Cette omniprésence des femmes de cour dans les cérémonies et documents officiels était liée à leur poids politique. Ce dernier rend compte de la dévotion matrilinéaire du pouvoir monarchique » – Revue Ankh N°3. Quant à Candace – kandakè en grec – il ne s’agirait point d’un nom propre, mais du titre porté par les reines mères de Méroé, qui jouaient un rôle politique déterminant dans un État où la succession au trône était matrilinéaire.

Alexandre le Grand, vaincu par une femme

Elle était dans la lignée des reines éthiopiennes et des leaders militaires, dont l’une d’elle était Candace, aussi une descandante de Kush. La première Candace, a dirigé une armée dont les guerriers montaient des éléphants. Elle a stoppé l’invasion d’Alexandre Le Grand en Éthiopie en 332 avant JC. En 30 avant JC. Candace Amanirenas a vaincus une invasion de Patronius, un gouverneur Romain Égypte et a saccagé la ville de Cyrène. En 937 AD Judith, une reine (juive?) Falasha, a attaqué Axoum, la capitale sacrée Éthiopie, tuant tous les habitants de cette ville y compris les descendants de Salomon et la Reine de Saba.