Matriarcat Swahili et Dagari (Afrique de l’Est, Somalie) : une société islamique matrilinéaire

La culture swahilie (Uswahili en kiswahili) est la culture partagée par les peuples de la côte de l’Afrique de l’Est. Le terme viendrait du pluriel du mot arabe sahel ساحل: sawahil سواحل qui signifie côte ou frontière. Ces peuples ont des origines diverses mais présentent les mêmes caractéristiques, une population d’origine africaine bantoue avec des apports arabes et dans une moindre mesure persans. Les cités-États côtières comme Mombasa, Gede, Malindi ou les archipels de Zanzibar, des Comores, Kilwa ou de Lamu formaient une unité de culture swahilie prospère et renommée, vivant du commerce de marchandises africaines destinées aux marchés locaux et orientaux. Ces peuples parlaient donc une langue voisine, et partageaient un certain nombre de valeurs propres. C’est avant tout une culture urbaine, africaine et musulmane. À l’époque médiévale, les arabes appelaient al-Zanj (les noirs) la zone géographique des domaines territoriaux sous la domination de ces cités. La société, bien que musulmane, garde un caractère matrilinéaire fort.

Matriarcat Dagari (Somalie) : des vestiges matrilinéaires

Leur structure sociale est fondée sur une organisation patrilinéaire comportant des éléments de matrilinéarité, l’unité économique et politique étant le clan exogamique. L’économie des Dagaris repose sur la culture du mil et du sorgho et sur l’élevage. Leur univers religieux est déterminé par les cultes de la terre et des ancêtres.

Publicités