Matriarcat Mandan et Crow : des femmes chamanes qui possèdent la terre et les maisons

Mink (femme amérindienne Mandan), par George Catlin, 1872Le peuple Mandan est une tribu d’amérindiens qui vivaient historiquement sur les rives du Missouri et de deux de ses affluents, la Heart River et la Knife River, dans les états actuels du Dakota du Nord et du Dakota du Sud. Locuteurs du mandan, une langue sioux, les Mandans dont la particularité était d’avoir créé des villages permanents se distinguaient des autres tribus de la région des grandes plaines qui menaient une existence nomade en suivant les troupeaux de bisons. Ces établissements permanents étaient composés d’habitations rondes, des huttes en terre entourant une place centrale. Alors que la chasse au bison constituait à l’origine l’essentiel du quotidien des Mandans, les ressources qu’elle apportait ont ensuite été complétées par l’agriculture et le commerce.

Le sang maternel

Comme les Crow, les Mandan avaient des clans matrilinéaires. Comme chez les tribus d’Indiens des Plaines, les mariages étaient arrangés par les familles ; toutefois, les Mandan ne connaissaient pas le versement du prix de la fiancée, les familles des fiancés fournissant des dons équivalents.

Chamanisme féminin

Les villages mandan étaient formés de huttes dont le nombre pouvait varier entre douze et cent ; ils avaient trois chefs : un chef de guerre, un chef de paix et un chef de village. Leur organisation sociale comprenait des sociétés guerrières qui étaient divisées par classe d’âge ; il fallait payer pour devenir membre d’une société. Il y avait aussi des sociétés féminines chamanistiques et sociales.

Les femmes possèdent les maisons

Une des caractéristiques les plus remarquables des Mandans était leurs villages permanents composés de maisons en terre. Chaque hutte est circulaire avec un toit en forme de dôme et un trou carré au sommet de la coupole par laquelle la fumée peut s’échapper. L’extérieur est recouvert d’une natte faite de roseaux et de brindilles, le tout recouvert de foin et de terre. Ce pavillon présentait également une structure de type portique à l’entrée. L’intérieur se composait de quatre grands piliers sur lesquels reposaient des traverses soutenant le toit. Ces habitations étaient conçues et construites par les femmes de la tribu qui en avaient la propriété et qu’elles transmettaient aux femmes de leur lignage. Elles pouvaient abriter jusqu’à 30 ou 40 personnes et les villages comprenaient généralement environ 120 maisons. On peut voir des reconstitutions de ces habitations à Fort Abraham Lincoln State Park près de Mandan et au Knife River Indian Villages National Historic Site. Les maisons d’origine étaient rectangulaires, mais vers 1500 après J.-C., les huttes ont commencé à être construites sous une forme circulaire. Vers la fin du xixe siècle, les Mandans ont commencé à construire de petites cabanes, le plus souvent avec deux chambres. En voyage ou à la chasse, les Mandans utilisaient des tipis de peau. Aujourd’hui, les Mandans vivent dans des habitations modernes.

Les femmes possèdent les terres

Les Mandans vivaient de la chasse, de l’agriculture et de la cueillette des plantes sauvages, même si certains produits alimentaires provenaient du commerce. Les jardins Mandans étaient souvent situés près des rivières, sur des rivages où des crues annuelles les enrichissaient d’un limon fertile, parfois jusqu’à plusieurs milles des villages. Les jardins étaient la propriété des femmes et elles les cultivaient elles-mêmes, plantant du maïs, des haricots et des courges, en quantité généralement suffisante pour une seule année. Les artistes mandan peignaient sur des peaux de bison ; ils décrivaient les exploits de la tribu ou de certains individus.

Les Crows

Les Crows, également appelés CorbeauxAbsaroka ou Absáalooke, sont une tribu amérindienne qui vivait historiquement dans la vallée du fleuve Yellowstone, et qui ont été déplacés par le gouvernement des États-Unis d’Amérique dans une réserve au sud de Billings(Montana). Peuple élégant et élancé, les Crows habitaient les Etats du Montana et du North Dakota. En 1780, ils étaient environ 4 000, ce qui correspond à leur population à l’heure actuelle. Le centre politique des Crows est situé à Crow Agency (Montana).

Amérindiens Crow, femme et enfants

Les Crows (Absarokas, « corbeau ») parlent une langue siouane apparentée à celle des Hidatsas avec qui ils eurent autrefois d’étroites relations. Ils étaient divisés en trois groupes principaux (River Crows, Mountain Crows et Kicked-in-their-bellies) subdivisés en 13 clans matrilinéaires. Parmi les structures complexes, il faut ranger les systèmes de parenté crow-omaha, qui portent le nom de deux tribus indiennes d’Amérique du Nord. Les systèmes crow présentent la variante matrilinéaire, les systèmes omaha la variante patrilinéaire. Pour les systèmes crow-omaha, on ne peut se marier dans un clan qui a déjà fourni de mémoire d’homme un conjoint à son clan (pour éviter la consanguinité). Ainsi, « chaque fois qu’on choisit une ligne pour obtenir d’elle un conjoint, tous ses membres se trouvent automatiquement exclus du nombre des conjoints disponibles pour la ligne de référence et ce, durant plusieurs générations » (Lévi-Strauss).

L’artisanat des femmes crows (qui avaient la réputation d’être très belles) et des hommes étaient particulièrement renommés. Les Crows pratiquent une Danse du Soleil pendant laquelle une poupée sacrée joue un rôle important. Ils font aussi une cérémonie importante au moment de la récolte du tabac dont sont responsables les membres de la « Société du Tabac ». Alliés des Hidatsas et des Mandans, ils combattirent souvent les Cheyennes, les Arapahos, les Blackfeets et tout particulièrement les Sioux qui venaient régulièrement leur voler leurs chevaux. Ils furent toujours amicaux avec les Blancs. Des Crows servirent d’ailleurs comme éclaireurs avec l’armée américaine, en particulier à la bataille de la Little Big Horn.

Les Crows contemporains sont très actifs et organisent chaque année plusieurs événements festifs qui attirent de nombreux touristes indiens et non indiens. La tribu accueille tous les ans un grand rassemblement mêlant pow-wow, rodéo et parade ; c’est la Crow Fair qui se tient chaque année à Crow Agency (en 2006 du 17 au 21 août). Pendant le Crow Fair and Rodeo, en août, chaque famille crow s’installe dans un tipi de toile, et la vallée ombragée par des peupliers de la rivière Little Big Horn, au pied des collines où les soldats du général Custer trouvèrent la mort, abrite plus d’une centaine de tipis. Ils participent activement au festival All-American Indian Days, à Sheridan au Wyoming, pendant lequel est élue la Miss Indian America. Choisie pour ses talents et connaissances traditionnelles, cette « Reine Indienne » passe l’année à visiter de nombreuses réserves et collectivités locales pour promouvoir l’héritage amérindien.

Publicités