Matriarcat Bhoutanais : le Bonheur National Brut du royaume du Dragon Tonnerre

Le petit royaume du  »Dragon Tonnerre » est matriarcal : mariage matrilocal et polyandre, divorce aisé, primauté de l’oncle maternel sur le père dans la prise en charge des enfants, matrilinéarité, la propriété collective familiale est gérée et transmise exclusivement par les femmes qui possèdent ainsi la plupart des terres…

« Au Bhoutan, ce sont les filles qui héritent. Le mari s’installe chez nous : il dépend de nous car c’est nous qui possédons la terre. Quand ça ne marche plus, nous pouvons le renvoyer ».

Le Bhoutan, est le pays le plus fermé du monde. Radicalement anti-tourisme (250$ de visa par jour), anti-immigration (expulsion de 100 000 népalais en 1990), il est régi par une monarchie théocratique très conservatrice, promouvant l’idée que le bien-être des citoyens doit passer avant la croissance économique, en évaluant le progrès non pas sur le Produit National Brut, mais sur l’indice dont ils sont les inventeurs, le Bonheur National Brut. Si le revenu moyen ne dépasse pas les 1 000 euros par an, les systèmes éducatif et de santé sont en revanche gratuits. La corruption n’existe quasiment pas, la qualité de l’administration est impressionnante, dit-on, et la préservation de l’environnement est une haute priorité nationale, dont l’Occident et les pays émergents de l’Asie auraient avantage à s’inspirer. Le gouvernement bhoutanais veut relever le défi du développement en sauvegardant ses valeurs et son héritage culturel traditionnel, tout en préservant ses espaces naturels (loi imposant 60% de forêts), en mettant en avant une politique de modernisation qualifiée de  »voie de développement mesuré ».