Forte survivance de matriarcat dans la société Bretonne

En Bretagne continentale, jusqu’au XXème siècle, par le droit d’aînesse, le pouvoir se transmettait à l’aîné de la fratrie, garçon… ou fille !!! C’est ainsi que la célèbre Anne put devenir Duchesse de Bretagne. A l’époque moderne, les épouses bretonnes n’ont pas attendu le changement de la législation française pour conserver leur nom de jeune fille. C’était déjà la règle dans les relations sociales, sinon à l’état civil. Sans oublier non plus que c’est l’épouse Bigouden qui dirige d’une main de fer le foyer familial Breton. On retrouve des vestiges comparables dans l’ancien droit coutumier Basque : mariage à l’essai (concubinage), qui provoquait la colère des curés, la propriété immobilière et foncière se transmet exclusivement de mère en fille. Seul le bétail se transmet de père en fils.