Matriarcat Cucuteni (Roumanie) : une grande civilisation urbaine de la Déesse, du Serpent et du Taureau

La culture de Cucuteni-Trypillia, également connue comme culture de Cucuteni, culture de Tripolye et culture de Trypillia, ou Trypillienne, selon qu’on adopte un point de vue roumain (Cucuteni), russe (Триполье) ou ukrainien (Трипілля), était une culture néolithique des 5e et 4e millénaires av. J.-C. localisée autour du Dniestr jusqu’au Dniepr, où elle donna naissance dans la région de Tcherkassy dès 3700 av. J.-C. à des agglomérations proto-urbaines d’extension considérable pour l’époque. On a identifié à ce jour près de 3000 sites archéologiques issus de cette société matriarcale centrée autour d’une déesse-mère.

 

Lire Ukraine – archéologie : un temple immense vieux de  6000 ans construit par une civilisation matriarcale

La déesse, le serpent et le taureau

Au point de vue économique et social, la culture Cucuteni-Trypilie était une société matriarcale pacifiste et non hiérarchisée selon certains chercheurs, tels Marija Gimbutas, et Joseph Campbell. Leur religion était centrée autour de la Grande Déesse Mère qui était un symbole de la maternité et la fertilité agricole.  Ils adoraient aussi le taureau (la force, la fertilité et le ciel) et un serpent (l’éternité et éternel mouvement).

Lire Marija Gimbutas, archéologue et préhistorienne de l’ère matristique

Des villes de 15 000 habitants

En Roumanie, ils sont les Cucuteni, en Ukraine, ils sont les Trypillians et en Russie, ils sont les Tripolie: une culture qui a fleuri fin du Néolithique entre 5500 et 2750 av . À leur apogée, la société Cucuteni-Trypillian construit le plus grand néolithiques en Europe, avec quelques logements jusqu’à 15.000 personnes. Un des plus grands mystères de cette culture est que toutes les 60 à 80 ans ils brûlent leur village et le reconstruire sur le dessus de l’ancien. La culture Cucuteni-Typillian était matriarcale, les femmes étaient les chefs de ménage et aussi fait le travail agricole et la poterie, le textile et l’habillement.  Les hommes étaient des chasseurs, les outilleurs et ont été chargés de s’occuper des animaux domestiques.

Des vestiges contemporains

Encore au 19ème siècle la dote d’une fille Ukrainienne devait être accompagnée avec des Poupées Motanka. Comme les divinités anciennes, la poupée se préoccupait du bien-être de la famille, elle était un talisman ancien qu’on trouvait dans la famille ukrainienne. Les ancêtres croyaient que l’âme de la mère ou de la grand-mère rentrait dans la poupée – écho du culte matriarcal qui dominait pendant cette civilisation.

La déesse-mère du nationalisme ukrainien

Berehynia ou Bereginia (en russe: Берегиня / ukrainien: Берегиня) est un esprit féminin (Vila) de la mythologie slave, qui a récemment été considérée comme une «déesse slave» avec une fonction de «Terre-Mère, protectrice du foyer » à la fin du 20ème siècle, dans nationalisme romantique ukrainien centré sur la mythologie matriarcale.

Lire Paganisme matriarcal Slave : les derniers païens d’Europe (17e s.), quand le soleil était une femme

Berehynia, grande déesse ou déesse-mère, serait la divinité centrale de la culture païenne et matriarcale de Trypillian. Berehynia a aujourd’hui une place dans le nationalisme ukrainien, le féminisme et le neopaganisme. En 2001, une colonne avec un statue dédiée à Berehynia sur le dessus, comme protectrice de Kiev, a été érigée sur la place Maidan Nezalezhnosti (place de l’indépendance) dans le centre de la ville, à la place de l’ancienne statue de Lénine.

Lire La grande trahison des FEMEN : du paganisme matriarcal patriote, au mariage gay cosmopolite

Publicités