Tristan et Iseult : l’amour libre contre le mariage, transition malheureuse du matriarcat au patriarcat

Un changement de société dans le monde celtique

D’origine celtique (Grainne & Diramaid / Deirdre & Noise), l’histoire se déroule durant la transition du matriarcat au patriarcat. La filiation maternelle et le droit avunculaire (oncle maternel) sont encore vivaces, mais l’arrivée de la filiation paternelle, et donc du mariage (garant de reconnaissance de paternité), vient bouleverser la société, et provoque conflits et tragédies.

Du neveu au fils

Le roi Marc’h de Cornouaille (Armorique) élève le fils de sa soeur Bleunwenn (Blanche-Fleur) qui vient de mourir. Conformément à l’ancienne tradition matrilinéaire, le roi souhaite transmettre son trône à son neveu maternel. Mais des seigneurs s’y opposent, et exigent de lui une descendance directe, par sa semence, conformément à la nouvelle tradition patrilinéaire. Marc’h, sa soeur Bleunwenn, et son neveu maternel Tristan forment donc la famille matriarcale originelle.

La nouvelle royauté

Marc’h est en conflit avec Gormond, le roi d’Irlande qui lui demande un tribut annuel de 300 jeunes garçons et filles vierges (la virginité au mariage est le seul garant de la reconnaissance de paternité). L’épouse de Gormond s’appelle elle aussi Iseult (il y en aura 3 dans l’histoire). Son frère est un géant surnommé « le Morholt ». Selon l’ancienne tradition matriarcale, le Morholt et sa soeur auraient dû régner ensemble, celui-ci élevant les enfants de sa soeur, sans en être le géniteur. La transmission du trône passait alors d’oncle maternel à neveu, et non de père en fils. A l’avènement du patriarcat, Gormond, l’époux de sa soeur, lui vole donc son trône, et le rabaisse au rang de champion du royaume.

La nouvelle famille

Le roi Marc’h envoie alors son neveu Tristan pour battre en duel le Morholt. Tristan gagne, mais est grievement blessé. Alors, vient Iseult-la-blonde, fille d’Iseult-la-mère, reine d’Irlande. Elle soigne le chevalier (une druidesse ?). Morholt est donc l’oncle maternel d’Iseult-la-fille. Morholt, sa soeur Iseult-la-mère, et sa nièce maternelle Iseult-la-fille forment donc la famille matriarcale originelle.

Terrasser de dragon matriarcal

Tristan de retour en Cornouaille, le roi Marc’h désire épouser Iseult-la-fille, et envoie son neveu lui demander sa main. Pour la gagner, il doit terrasser un dragon. Dans la mythologie européenne, le dragon semble être le symbole du matriarcat, de la femme libre non mariée, qu’il faut terrasser pour épouser. Le dragon terrassé, le roi Gormond donne sa fille, afin d’apaiser les tensions entre les deux royaumes. C’est donc un mariage politique, arrangé, forcé.

Druidesse de mère en fille, et l’amour artificiel

Iseult-la-mère (une druidesse ?) donne à sa fille un philtre d’amour, afin qu’elle puisse tomber amoureuse. L’amour est bel et bien absent de ce mariage de raison. Par erreur, Tristan et Iseult-la-fille boivent le filtre, et s’éprennent éperdument l’un de l’autre. Ils doivent donc fuir et se cacher durant des années pour vivre leur passion adultère.

La trahison d’une épouse délaissée

Persécutés par le roi Marc’h, Tristan finit par rendre Iseult à son oncle. Il épouse alors Iseult-aux-mains-blanches. Mais il ne l’aime pas, et jamais ne l’honorera : jamais il n’aura de relation sexuelle avec elle. Tristan est guerrier de métier, un chevalier, et lors d’une bataille, il est de nouveau grièvement blessé. Il demande alors à Iseult-l’épouse de faire venir Iseult-la-fille car elle seule peut le soigner (druidesse de mère en fille ?). Si elle parvient à venir, le bateau doit revenir avec des voiles blanches. En colère car malheureuse de jalousie, Iseult-l’épouse annonce que la voile est noire. Terrassé par le chagrin, Tristan se laisse mourir (ou se suicide d’un coup d’épée).

L’amour dans la mort

Iseut-la-fille, arrivée près du corps de Tristan, meurt à son tour de chagrin. Le roi Marc’h les fait inhumer en Cornouaille, l’un près de l’autre. Une ronce pousse et relie leurs tombes. D’autres disent que c’est un rosier qui fleurit sur la tombe d’Iseut et une vigne qui orna celle de Tristan, et tant ils sont liés l’un à l’autre que quiconque ne sut et ne saura les séparer.

Les 3 Iseults personnifient 3 statuts de la femme de cette époque :
* Iseult-la-mère : mère et druidesse, qui fournit le philtre d’amour;
* Iseult-la-fille (la blonde) : fille et druidesse, mariée de force, qui guérit Tristan;
* Iseult-l’épouse (Blanches-Mains) : délaissée, non-aimée, jalouse et destructrice;

Une virginité destructrice

Les épouses Blanches-Mains et Blanche-Fleur (Bleunwenn) sont toutes les deux « blanches », couleur de pureté virginale, garantie de paternité. Iseult-la-blonde (la fille) n’est plus vierge, car elle a eut des rapports hors mariage avec Tristan, et c’est sa servante encore vierge qui s’est glissée dans le noir à sa place dans le lit de son époux le roi Marc’h.

Sur le même sujet, lire aussi…
——————————————————————————————————–
Agnès Echènes Chercheuse en anthropologie culturelle, analyse et décode les légendes de la culture occidentale; Barbe Bleue, Mélusine, Perceval etc…

Publicités