Projet de voyage : reportage du Mouvement Matricien au pays Moso

Merci pour vos dons !!!

Grâce à tous vos dons, nous avons réunis plus de 6000€ de budget pour aller au pays Moso, dans le Yunnan, aux pieds de l’Himalaya en Chine !!! Nous vous remercions de tout notre coeur, ce précieux argent ne sera pas gâché, et l’excédent réinvesti dans de futures activités matriciennes ^^.

Demain mardi 20 Août, décollage des matriciens pour le Royaume des Femmes du Lac de la Déesse-Mère !!! Nos ambassadeurs auprès du peuple Moso sont un homme et une femme, Frédéric Mariez – président – et Aude Windels – matricienne assidue de longue date.

Nous arrivons le 21 à Hong Kong, le 22 nous seront à Kunming, capitale du Yunnan, et ensuite nous monterons à Lijiang, ville la plus proche du célèbre Lac Lugu au pieds de la Montagne-Mère-Lionne Ganmu. Après 7 heures de route, nous arriverons au village touristique Moso de Luoshi où nous commencerons nos investigations :

  • – le 31 août nous participeront à la grande fête de l’Amour en l’honneur de la déesse-montagne Ganmu, et nous déposerons dans son temple une statue de notre déesse-mère de chez nous : la Vierge Marie (Artémis).
  • – nous tenterons de visiter la grotte sacrée du ventre de la Déesse (équivalent chez nous de Lourdes).
  • – nous tenterons de visiter les sources chaudes sacrées, qui sont aussi des lieux de rencontre libertines secrètes.
  • – nous essayerons de sympathiser avec le dernier des peuples premiers, en logeant chez l’habitant.
  • – nous réaliseront tous les objectifs fixés ce projet : enquêtes, questions, photos et vidéos…

Nous restons 30 jours en Chine continentale, et pour nous reposer de ce long périple, nous passerons quelques jours à Hong Kong. Nous serons de retour en France le 29 Septembre.

Khamsa - La main de Fatima – La main de Myriam

Nous vous remercions encore pour votre confiance, et suivez chaque jour sur la page facebook du Mouvement Matricien les images photos et vidéos de notre expédition !
Inch’AllaT, que la Déesse nous protège et nous accompagne !!!

Le dernier peuple naturel

Aux sources de l’humanité

Lugu – le lac Mère

  • Projet : un voyage anthropologique du Mouvement Matricien en Chine.
  • Objectifs : enquêter sur l’humanité première pour résoudre nos problèmes de société (disparition du mariage et de la paternité, divorces, familles monoparentales, marché du sexe, guerre des genres, viols et violences sexuelles…). Remplir les lacunes des livres et des reportages déjà réalisés. Tisser des liens d’amitiés et de partenariat entre le Mouvement Matricien et le peuple Moso.
  • Moyens : chercher des mécènes et des subventions.

Après Gaza, le lac Lugu

Frédéric Mariez, président du Mouvement matricien, est déjà un reporter amateur mais expérimenté. En 2009, il partait pour la bande de Gaza, avec le Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP), afin de livrer un convoi de 100 ambulances et minibus pour fauteuils roulants, remplis de matériel médical et scolaire. Surmontant sa vive critique de cette guerre perpétuelle entre religions patriarcales, c’est avant tout l’humain, et non le musulman, à qui il est parti tendre la main. C’est maintenant à l’opposé total de ces sociétés qu’il va se rendre, pour tenter de comprendre et guérir la maladie de l’Humanité.

La famille naturelle

Selon les juristes romains, seule la maternité est naturelle, la paternité est culturelle, et relève du code civil, à travers l’institution du mariage, garantie par une répression sexuelle sévère, et la mise sous tutelle des femmes :

« Mater semper certa est, pater est semper incertus, pater is est quem nuptiæ demonstrant »

La mère est toujours certaine, le père est toujours incertain, le père est celui que le mariage désigne.

Ce principe, universel à toute société patriarcale, existe encore dans notre code civil français :

L’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père le mari. — Article 312 du Code civil sur la présomption de paternité.

L’enfant naturel est donc l’enfant conçu hors mariage, donc sans père légal : c’est un « bâtard ». La famille naturelle est donc la famille sans père ni mari. Les romains appelaient Matrie la terre des peuples barbares sans pères, et Matrice leurs cités. La plèbe romaine étant interdite de mariage, seule la filiation maternelle y comptait, contrairement à l’élite dirigeante des patriciens, chez qui le mariage était un devoir civique.

Le peuple fossile

Ainsi vécu le noble sauvage, avant que la paternité ne fut découverte, et bien longtemps après… Combien de centaines de millénaires, avant que le lien entre le coït et la maternité ne soit établi ? La Mère divinisée était la source unique de la vie, ce qui lui conférait la place centrale dans la société. Ainsi vit encore en Chine la dernière société dite « matriarcale », le peuple Moso, sur les contreforts de l’Himalaya, entre le Yunnan et le Sichuan.

Une famille sans père ni mari

Chez eux, la vie à deux n’existe pas, et les enfants ne connaissent pas ou peu leur père. Seule la lignée maternelle est reconnue. Et pourtant, les familles sont stables, solidaires, et paisibles. Comment réussissent-ils ?

Ils vivent en vastes familles élargies collectivistes, composées exclusivement du matrilignage, dans de grandes maisons-clans gérées par une grand-mère au nom totémique (Mère Arbre, Mère Tigre, Mère Aigle, Mère Serpent…). Ainsi, c’est le frère de la mère, l’oncle maternel, qui fait office de figure paternelle (fosterage).

Quand à la sexualité, elle est totalement libre, mis à part l’inceste : chacun est libre d’avoir autant de partenaires que désirés, et de rompre une relation quand il le désire, sans rendre de comptes à personne. Les hommes rendent visite la nuit aux femmes des autres maisons, et reviennent chez leur mère au petit matin (visites furtives). Plus l’amant vient de loin, et plus la femme est honorée (pour prévenir la consanguinité). Le viol, la violence et la prostitution n’existent pas. Il n’y a pas de solitude ni de misère ; de mères, d’enfants, et d’anciens abandonnés. Que peut apporter leur mode de vie à nos sociétés modernes déstabilisées ?

La fin de la famille « traditionnelle »

Avec la libération des femmes, l’occident voit inéluctablement ses structures familiales « traditionnelles » disparaître : la famille monoparentale (40%), le divorce (70%), la disparition du mariage et du père deviennent la nouvelle norme sociale. Il est urgent de se poser sérieusement la question du comment revenir en arrière (abolir le droit des femmes?), ou comment vivre autrement (comme les Moso ?). Une enquête aux sources de l’humanité s’impose pour mieux la comprendre.

Partenariat avec le peuple Moso

L’un des objectifs de ce voyage est d’établir un partenariat international avec ce peuple, et de tisser des liens d’amitié forts avec le Mouvement Matricien.

  • Leur présenter notre projet : importer, adapter, et restaurer le modèle Moso, ici en France ; Famille Choisie Associative & Société Confédérale Segmentaire.

  • Leur expliquer la place du peuple Moso par rapport à l’humanité :

    • les derniers survivants d’une longue guerre mondiale d’extermination (mythes, religions, déluges, châtiments divins, diabolisation, conversion…), leur présenter nos déesses et nos matriarcats oubliés (les premières civilisations européennes).

    • le dernier espoir de guérir une humanité depuis longtemps gravement malade.

Questions à poser aux Moso

https://matricien.files.wordpress.com/2012/03/drague-moso.jpg

Maternité :

  • Menstrues : diabolisées par le patriarcat (impures), sont-elles sacrées chez les Moso ? Quelle importance est accordée aux premières (puberté) et dernières (ménopause) menstrues ?
  • Grossesse : quels sont les soins et interdits entourant la femme enceinte ? Combien de temps allaitent les mères ? La présence du père est-elle tolérée pendant la période entourant la grossesse ?
  • Accouchement : Assis ou allongé? L’accouchement moderne ayant été institué pour s’assurer de la parenté, qu’en est-il chez les Moso ? Qui sont les sages femmes ? Quel est leur statut ?
  • Cordon ombilical & placenta sont sacrés chez les peuples matrilinéaires, qu’en est-il chez les Moso ?

Religion :

  • Serpent & Taureau : durant l’ère matriarcale européenne, ils furent les compagnons de la Déesse-Mère, puis diabolisés et combattus par les nouvelles religions. Les Moso ont-ils des cultes similaires ?
  • Sources, cavernes, menhirs & dolmen : durant l’ère matriarcale européenne, ils furent des attributs (utérus & phallus) du culte de la Mère Primordiale et de ses amants (dieu cornu & dieu serpent), puis récupérés ou condamnés par les nouvelles religions. Existe-il des cultes comparables chez les Moso ?
  • Culte du feu : ce culte du foyer d’origine préhistorique est resté important chez les gréco-romains. Est-il comparable au foyer éternel des maisons Moso, et de leurs bals libertins ?

Sexualité :

  • Contraception : malgré une liberté sexuelle très précoce, comment font-ils pour réguler leur démographie ? Pratiquent-ils avortements et infanticides ? Qu’en est-il des handicapés et des infirmes ?
  • Nudité : combattue par le patriarcat, car source de fornication, qu’en est-il chez eux ?
  • Homosexualité : elle est parfois la conséquence de conflits familiaux, et de l’inaccessibilité des femmes dans le patriarcat. L’homosexualité existe-t-elle chez les Moso ?
  • Sexualité de groupe : la liberté sexuelle Moso permet-elle les partenaires simultanés (triolisme, échangisme, orgies…) ? Le viol existe-t-il ?
  • Pratiques sexuelles : pratiquent-ils les baisers, la fellation, le cunnilingus, la sodomie, le SM… ?

Organisation :

  • Architecture : recueillir les plans, afin de nous en inspirer pour bâtir nos futures maisons matriciennes.
  • Juridiction : comment s’adaptent les traditions moso avec la législation chinoise ? Reconnaissance de paternité, héritage, titres de propriété… Comment s’articule le droit coutumier avec le droit d’État ? Ex : En Chine, les enfants nés conçus hors mariage ne sont pas reconnus par l’État, ils n’auront pas de papiers, qu’en est-il des enfants Moso ?
  • Conseils tribaux : comment sont élus et révoqués les chefs, comment sont prises les décisions, les modalités constitutionnelles exactes ? Comment fonctionne la justice tribale ? Existe-t-il une constitution tribale du peuple Moso ?
  • Répression : guerre, prison, et peine de mort (mis à part l’inceste) existent-elles chez les Moso ?
  • Permaculture : méthodes traditionnelles de culture complémentaire des 3 sœurs (maïs, haricot, courge). Des mythes y sont-ils rattachés ?

L’opinion Moso :

  • Que pensent-ils de l’excision, de la circoncision, du voile, de la lapidation, du fouet, des couvents, des crimes d’honneurs… des religions patriarcales, de l’immigration massive (ex : les Han, chinois patriarcaux en terres Moso)… de la prostitution, de la beauté, des femmes qui ne veulent pas d’enfants, de la pédophilie…
  • Ont-ils des volontés d’autonomie ou d’indépendance ? Que pensent-ils de l’indépendance du Tibet ?

Moyens

Budget pour 3 matriciens, pour une durée d’1 mois :

  • Billet d’avion allé + retour : 3 X 800€ = 2400€
  • Logement + nourriture : 3 X 200€ = 600€
  • Frais divers : bus + traducteurs + loisirs : 500€
  • Total : 3500€, voir 4000€ au grand maximum.

Matériel audio-vidéo déjà acquis :

  • Caméscope JVC GZ-E10 Full HD
  • Trépied aluminium Konig Photo
  • Dictaphone numérique Sony ICD-PX312