Anti-récentisme de Marion Sigaut : la mauvaise foi catholique au-dessus de la raison scientifique

Lire Révisionnisme récentiste : le patriarcat, une histoire récente inventée par les Jésuites ?

Pour en finir, rien que ça

Sur Theognosis, JANVIER 2, 2015 · 10:20

Deux spécialistes de l’âge d’or catholique médiéval

J’ai pu trouver sur youtube la vidéo promise par Marion Sigaut « pour en finir avec le récentisme » où elle est fimée avec une collègue spécialiste du Moyen-Age, Mme Claire Colombi. Il s’agit d’écraser en deux heures de vidéo les quarante ans de travaux d’Anatoli Fomenko, puisque ce dernier prétend que le Moyen-Age tel qu’il est enseigné n’a jamais existé.

Lire Les mensonges de Marion Sigaut : l’Hôpital Général, une prison pour femmes pécheresses et bâtards illégitimes

Attaques personnelles injustifiées

Je commence par les arguments ad personam qui sont toujours de mise dans ces entreprises : Fomenko ne serait pas historien, ses connaissances historiques sont faibles. Il aurait été renvoyé de l’université pour ses travaux en mathématiques, ce qui prouverait l’inconséquence globale de l’individu. Pour ma part, je n’ai pas trouvé cette information mais je sais que pendant de très nombreuses années Fomenko a bénéficié d’un poste très élevé qui lui a permis de consacrer autant de temps et d’énergie à sa Nouvelle Chronologie. A ce compte, Marion Sigaut a un doctorat d’histoire mais ne dispose d’aucun poste de recherche et n’enseigne nulle part. On pourra aussi faire un sort à ses amies qui prétendent faire de la médecine sans diplôme, mais je respecte bien trop leur travail pour cela.

Jeter le bébé avec l’eau du bain

Claire Colombi utilise un tableau trouvé sur internet qui reprend les parallèles dynastiques de Fomenko pour avancer que les dynasties concernées sont des reflets les unes des autres. On ne sait pas sur quel blog amateur il a été pris, ce n’est pas dit dans la vidéo. Il est vrai que certaines dynasties ont été réarrangées par Fomenko et mettre une sérieuse réserve sur cette partie de ses travaux, mais le qualifier de faussaire alors qu’il ne l’a jamais caché est assez violent.

Sans avoir lu Fomenko

Colombi dit à quarante minutes qu’elle ne sait pas si les ouvrages de Fomenko ont été traduits et on pourrait donc s’arrêter là : Claire Colombi n’a pas lu Fomenko, c’est dire si c’est quelqu’un de sérieux. Les livres de Fomenko sont en russe. Une première série de sept livres devait être traduite en anglais mais seulement quatre d’entre eux sont parus. Fomenko et Nosovsky ont alors modifié leurs théories au point de renoncer à publier les trois livres restants. La nouvelle série n’existe qu’en russe et n’est donc pas traduite. Mettre en doute sa connaissance des sources – plusieurs centaines de références bibliographiques dans chaque volume – alors qu’on n’a même pas lu celui qu’on prétend attaquer, voilà qui est élégant. De toute manière les dates qu’il propose sont fausses, elle l’a vérifié dans wikipedia (en français).

Mensonges, ignorance et sarcasmes

Marion Sigaut ajoute au sarcasme en prétendant qu’ils citent le récentiste français Jean Hardouin alors qu’il n’écrit qu’en latin et que ses douze volumes n’ont pas été traduits en « langues vernaculaires ». C’est évidemment faux, Hardouin a aussi écrit en français et on trouve par exemple son « Apologie d’Homère » en fac-similé pas cher sur amazon. On y trouve aussi bon marché la traduction par Edwin Johnson des « Prolégomènes » en anglais et c’est évidemment cet ouvrage qui est la référence en ce qui concerne le récentisme d’Hardouin. Las, le titre est inconnu de Mme Sigaut, qui ne connaît pas plus Edwin Johnson, Granier de Cassagnac, Fulcanelli et les plus récents Francesco Carotta ou Joseph Atwill.

Quelles frontières entre le mythe et l’histoire ?

Mme Sigaut prétend que les récentistes se basent sur Newton et Voltaire. C’est faux. Il s’agit d’auteurs qui ont abordé le sujet en leur temps et prétendre s’attaquer à Fomenko en s’attaquant à Voltaire est simplement malhonnête. Mme Colombi dit – à juste titre – que les Argonautes ou les travaux d’Hercule sont des mythes et non pas de l’histoire. Mais ce qu’elle ne dit pas, c’est que c’était de l’histoire aux temps de Voltaire et Newton ! Ce ne sont devenus des mythes que récemment et c’est encore sur la base de ces mythes que la chronologie historique actuelle est encore basée ! La guerre de Troie a été basée au 12ème siècle BC parce que le Memnon de l’histoire a été rapproché de Ramsès II. Et Ramsès II était daté au 12ème siècle parce qu’il fallait qu’il soit le pharaon de la captivité d’Egypte qui avait connu Moïse. Un certain nombre d’auteurs – pas récentistes mais certains égyptologues universitaires comme Peter James –  ont fait remarquer que dater la guerre de Troie au début du 12ème siècle créait des trous dans le récit historique comme dans les couches archéologiques. C’est aujourd’hui encore la datation biblique qui sert de matrice à l’égyptologie.

Millésime des documents médiévaux

Mme Colombi prend UN document daté du Moyen-Age (en chiffres romains) et en déduit que les tenants de la Nouvelle chronologie n’en ont étudié aucun, alors que Fomenko en présente des centaines. Le fait est que – si – les datations du début du seizième siècle et antérieures ont bien le 1 sous la forme de i. On trouve même des plaques de maison toujours debout dans certaines villes du sud-ouest. J’en ai moi-même vu quelques-unes à Cahors. Quand au « mil » qui serait écrit en toutes lettres dans les documents d’époque, je pense qu’il veut dire « millésime ». Fomenko ne l’a d’ailleurs pas remarqué alors qu’il a trébuché dessus en étudiant une date en latin ou l’abréviation M était assortie de sa contrepartie en toutes lettres « millesima ».

Un roman chrétien incontestable

Evidemment, nos amies ont un raisonnement bouclé : Fomenko se trompe parce que … l’histoire est connue. Or c’est précisément ce qu’ils contestent, donc c’est faux. Il me semble que Frédéric Mariez veut répondre par voie de vidéo. Faut-il vraiment perdre son temps à cela ?

Lire La Nouvelle Chronologie Matricienne (récentisme) : l’âge d’or chrétien médiéval contre la Rome isiaque

Publicités